Un juge autorise un père à vacciner son fils contre le coronavirus malgré le rejet de la mère

Les parents ont décidé de saisir le tribunal et le procureur de Gijn a envoyé un rapport au tribunal dans lequel il a pris position en faveur de la vaccination de l’adolescent.

Un mineur reçoit le vaccin contre le coronavirus à Madrid.
Un mineur reçoit le vaccin contre le coronavirus à Madrid.EFE
  • Direct dernière minute sur le coronavirus
  • Santé Vox exige que le droit de ne pas être vacciné contre le coronavirus soit respecté et de ne pas révéler si l’on est vacciné : « Liberté »

Les Tribunal de première instance numéro 9 de Gijn a rendu une ordonnance dans laquelle elle accorde au père d’un garçon de 14 ans le pouvoir de décider de l’opportunité de le vacciner contre le covid-19 face aux réticences manifestées par la mère, selon des sources judiciaires ont informé l’Efe .

La Poursuivre de Gijn a envoyé un rapport au tribunal dans lequel il s’est positionné en faveur de la vaccination de l’adolescent en raison du manque d’accord des parents du mineur qui ont décidé d’aller en justice pour résoudre le conflit.

L’écart était centré sur la possibilité de vacciner votre enfant maintenant ou s’il était approprié d’attendre plus d’informations sur les conséquences possibles que le vaccin pourrait avoir sur sa santé pour prendre cette décision.

Le procureur comprend que, compte tenu du désaccord entre les deux parents, l’adolescent doit être vacciné selon les recommandations de santé et l’intérêt du mineur, y compris son environnement familial et scolaire.

La mère était réticente car elle affirmait que « à ce jour, les conséquences que le vaccin pourrait avoir » sur la santé de l’adolescente ne sont pas claires.

Dans ce cas, la mère a suggéré que la question soit « considérée et débattue », et non traitée « à la légère » de sorte que, plutôt que d’être contre la vaccination, elle souhaitait qu’elle soit suspendue au détriment de préciser si elle sera ou non avoir des conséquences négatives.

Le ministère public a estimé que les motifs invoqués pour suspendre la vaccination sont injustifiés car l’indication du vaccin a été établie par les autorités sanitaires au profit de la société et il n’est pas fondé de soutenir que le bénéfice apporté par sa vaccination est inconnu.

Pour le parquet, prétendre que le jugement scientifique des autorités sanitaires, qui considèrent le vaccin comme sûr et efficace, comme ceux contre la rubéole, la polio ou la rougeole, est judiciairement infirmé, est infondé.

En outre, il a estimé que le manque de collaboration pour atteindre ces objectifs de santé publique suppose « un véritable déséquilibre dans l’exercice de l’autorité parentale » qui, selon lui, interfère de manière absolument injustifiée dans le bien-être et l’intérêt du mineur.

★★★★★