Un homme reconnu coupable des attentats de Barcelone a été libéré à l’expiration de la peine maximale de prison provisoire sans que la peine ne soit définitive.

Saiz ben Iazza purge aujourd’hui la moitié de sa peine à huit ans de prison pour collaboration terroriste que la Cour suprême doit encore examiner

Said den Iazza, sur le banc de l'Audiencia Nacional lors du procès des attentats de Barcelone
Said den Iazza, sur le banc de l’Audiencia Nacional lors du procès des attentats de BarceloneEFE
  • Spécial Attaques de Barcelone
  • Jugement Les membres de la cellule djihadiste qui ont commis les attentats de Barcelone ont été condamnés à 53, 46 et 8 ans

Le Tribunal national a dû ordonner ce mardi la libération de l’un des trois condamnés pour les attentats djihadistes en Catalogne, ayant expiré la peine maximale de prison provisoire sans que sa peine ne soit encore ferme.

La Troisième section des affaires pénales imposée en mai dernier à Dit ben Iazza une peine de huit ans de prison pour un délit de collaboration avec une organisation terroriste. Selon les faits avérés, il a prêté à la cellule terroriste sa documentation et une camionnette pour transporter le matériel avec lequel ils allaient fabriquer des explosifs.

La loi établit que, tant qu’il n’y a pas de condamnation définitive, la peine maximale d’emprisonnement provisoire ne peut excéder la moitié de la peine infligée dans la première peine. La résolution de la Haute Cour nationale a été portée en appel à la fois par des accusations et des défenses. Dès lors, ne soyez ferme que dans quelques mois devant la Cour d’appel de l’Audience et, plus tard, la Cour suprême.

La peine de huit ans de Ben Iazza signifie qu’il ne pouvait excéder quatre ans en tant que prévenu. Le condamné a été arrêté quelques semaines après les attentats, le 22 septembre 2017. Cela signifie qu’il a atteint ce mardi la moitié de la peine qui lui a été infligée à titre préventif.

La libération était obligatoire pour la Cour nationale, qui a imposé quelques mesures conservatoires. Avec eux, il essaie de garantir que, si la Cour suprême ratifie la peine, Ben Iazza entrera à nouveau en prison pour purger ses quatre années restantes.

Les magistrats ont imposé à Ben Iazaa, un Marocain de 28 ans, une interdiction de quitter l’Espagne et lui ont retiré son passeport, en plus de l’obliger à tenir le tribunal informé de tout changement de résidence.

La limite de quatre ans de prison provisoire – ou sa prolongation jusqu’à la moitié de la peine qui n’est pas encore définitive – a déjà conduit à d’autres libérations devant la Cour nationale. L’une des plus récentes, celle de Jos Manuel Villarejo. Le commissaire à la retraite a été libéré provisoirement lorsque l’audience a conclu qu’il ne serait pas possible de le juger avant ses quatre années d’achèvement préventif en novembre.

A cette occasion et à des occasions antérieures comme celle du chef de la Parcelle de Grtel Francisco Correa, la Cour a préféré ne pas attendre le dernier jour possible et a accepté l’inévitable libération quelques mois à l’avance. Dans ce cas, la Troisième Section a attendu le dernier jour.

La signature de l’ancien ministre Campo

L’un des magistrats qui a signé l’ordre de libération était Juan Carlos Campo. Après son départ du gouvernement, l’ancien ministre de la Justice a rejoint vendredi dernier son poste au Tribunal national, où il n’avait pas encore exercé. Cette semaine, il est déjà intervenu dans plusieurs audiences d’extradition et de prolongations de prison. Et il a dû signer la libération de Ben Iazza, avec les magistrats Alfonso Guevara, qui a présidé le procès, et Carlos Fraile.

★★★★★