Susana Daz sera nommée sénatrice fin juillet

  • Parlement Moreno revendique un « style andalou » de faire de la politique en contraste avec les « tranchées » nationales

Susana Daz aura un siège au Sénat par désignation de la communauté autonome et pour cela la sortie de Fernando López Gil, l’un des fonctionnaires qui a défendu la candidature de Daz avec le plus de passion lors des dernières primaires remportées par Juan Espadas.

Selon des sources citées par l’agence Efe, la nomination de Susana Daz par le Parlement andalou interviendra lors de la dernière session plénière de juillet, ce qui permettra de clore un nouveau chapitre de le passage au front du PSOE andalou, où Juan Espadas devrait assumer le poste de secrétaire général le 23 juillet après avoir été élu candidat au conseil d’administration lors des primaires le 14 juin.

Aujourd’hui, Susana Daz assiste pour la première fois à une séance plénière du Parlement après avoir perdu les primaires socialistes et, bien que son rôle au sein du parti soit déjà témoin, elle occupait un poste dans la première ligne des sièges, en tant que présidente du groupe parlementaire, très proche du nouveau porte-parole socialiste, Anges Frriz, qui était chargée de donner la réplique à la présidente du Conseil, Juanma Moreno, lors de sa comparution extraordinaire pour faire le point sur la législature.

Avant son départ imminent de la Chambre autonome, Susana Daz et Juanma Moreno se sont salués affectueusement, au point que le président du Parlement, Marta Bosquet (Cs), il leur a ricané d’avoir retardé la séance plénière : Allons avec les amoureux, leur a-t-il dit sans se rendre compte qu’il avait le micro ouvert.

Plus tard, au cours du débat, Moreno s’est adressé par erreur à Inmaculada Nieto (Unidas Podemos Andaluca) en l’appelant Mme Daz, et s’est corrigé en admettant : C’est juste qu’elle me manque déjà.

En l’absence de Juan Espadas, qui n’a pas de siège à l’hémicycle, c’est Angels Frriz qui met un visage au Parlement pour le changement de direction et de stratégie du PSOE andalou. La députée, parfois très critique vis-à-vis de la situation des centres de soins primaires ou de l’abandon des mairies, a tenu cependant à se présenter avec un discours propositionnel et évoqué avec le président la possibilité d’atteindre trois bonnes affaires: un sur la santé publique, un autre sur l’emploi des jeunes et un troisième sur le financement régional et municipal.

Frriz a déclaré qu’elle était prête à se joindre aux demandes de l’Andalousie concernant un nouveau modèle de financement autonome, comme l’a fait Juan Espadas avant la ministre des Finances, Mara Jess Montero. Et affirmé que là où il y a problèmes de cohérence C’est dans le PP, car Pablo Casado et Isabel Daz Ayuso défendent des principes contraires aux intérêts de l’Andalousie : Vous avez le problème à Gênes, et pas dans ce groupe parlementaire, a-t-il déclaré.

Tout au long du débat, Moreno a annoncé un investissement extraordinaire en soins primaires de 200 millions d’euros et a défendu que, si les soins de santé en présentiel n’ont pas été rétablis à cent pour cent, c’est parce que le virus est toujours présent et que les centres de santé ne peuvent pas devenir une source de transmission de la maladie.

Il a également annoncé de nouvelles incitations pour recrutement de jeunes, avec un investissement de 37 millions d’euros pour les régions les plus défavorisées économiquement de Jan et Cdiz.

Moreno a finalement insisté pour accuser le nouveau PSOE andalou d’avoir renoncé à tenir son propre discours et d’être sous l’emprise de Ferraz, pointant en exemple l’absence de critique à son encontre. pardonne promu par Pedro Snchez aux séparatistes catalans.

Vox adoucit la pression

Les partenaires de Juanma Moreno au Parlement andalou (Vox) ne sont pas satisfaits du résultat de deux ans et demi de législature ni du degré de respect des pactes signés avec le PP et Ciudadanos, mais ils semblent résignés au fait que il n’y a pas d’élections en 2021 comme ils le prétendent ces derniers mois. Son gouvernement a peu changé l’Andalousie, lui a confié ce mercredi le porte-parole de Vox, Manuel Gavira, au président lors de la comparution extraordinaire de Moreno au Parlement, où il a fait le point sur le chemin parcouru.

L’intervention de Gavira, qui est actuellement le seul visage de Vox en Andalousie après avoir relevé le Alejandro Hernndez, a inclus les récriminations habituelles pour non-respect et a exprimé sa colère que le gouvernement andalou n’ait pas encore rendu publics les résultats de laauditeurs mandatés sur la viabilité des entités publiques instrumentales, dites administration parallèle. Il a même pointé du doigt le conseiller à la Présidence, Elas Bendodo, pour avoir promis, et ne pas s’y être conformé, qu’il leur enverrait ces rapports avant le 7 juillet, malgré quoi, hier, Vox n’avait toujours aucune nouvelle de ces audits, qu’il a revendiqués à nouveau.

Mais le ton de Gavira était très différent de celui d’il y a quelques semaines, lorsqu’il a demandé à plusieurs reprises au président de la Junte de dissoudre la Chambre et de déclencher des élections. Ou quand vous appelez la performance de Juanma Moreno lâche dans la crise de Grenade, où les conseillers populaires ont rompu le gouvernement de coalition avec Ciudadanos, qui a laissé le maire entre les mains de celui qui était candidat socialiste, accusé de tergiversation dans une enquête ouverte concernant son administration alors qu’il était délégué de l’Innovation dans le gouvernement de Jos Antonio Grin.

Vox adoucit sa pression sur Juanma Moreno après avoir vérifié que cela n’a pas eu l’effet escompté. Et il est revenu à la table des négociations pour mener à bien les réforme de la loi foncière ou accepter un nouveau budget.

C’est vrai, Vox continue de montrer jaloux de l’approche de Moreno au PSOE Juan Espadas et son porte-parole ont regretté qu’il n’y ait pas de rupture absolue avec le modèle économique des précédents gouvernements socialistes. Si vous voulez essayer la pomme socialiste, faites-le. Et son électorat passera du bleu au vert, a-t-il dit, évoquant les couleurs du PP et de Vox.

Parmi les nouveautés de son discours, il est particulièrement frappant que le parti des populistes défende en ce moment avec véhémence son caractère andalou malgré le fait qu’il a nié les symboles et les commémorations de l’autonomie. En fait, Vox n’a pas participé cette semaine à l’hommage du Parlement à Blas Infante et a demandé à plusieurs reprises d’éliminer la fête du 28 février comme Jour de l’Andalousie pour la remplacer par le 2 janvier, date de la commémoration de la prise de Grenade.

Ne pas confondre sentiment andalou et critique du modèle d’organisation territoriale, a insisté Gavira. Et il ajouta : Tant que l’état des autonomies existera, Catalogne et Pays Basque ils continueront à obtenir la meilleure partie.

★★★★★