Pedro Snchez et ERC renforcent leur alliance avec Junts en dehors de la table des négociations

Pedro S
  • Catalogne Aragons quitte Junts de la table des négociations après avoir proposé aux condamnés Snchez et Turull
  • Diada Le sécessionnisme perd le pouvoir de mobilisation dans la rue et se révolte contre ERC et la table des négociations

Profitant du rejet manifeste que la masse séparatiste a manifesté dans le Diada Contre ERC et contre sa volonté de négocier avec le gouvernement la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance, JxCat a tenté de faire sauter la table des négociations mardi, mais a obtenu un résultat inattendu. Dans un véritable coup d’autorité, Pere Aragons a expulsé la formation dirigée par Carles Puigdemont du conclave après avoir tenté d’imposer la présence de membres de l’extérieur de la Gouverne dans la délégation catalane. ERC abordera seul la négociation bilatérale avec le gouvernement, démontant la formation du fugitif du forum qui marquera la législature catalane et renforçant son alliance avec Pedro Sánchez pour explorer une réponse au conflit catalan.

Le président de la Generalitat que trois des quatre représentants désignés par les néoconvergents n’ont pas respecté la seule exigence qui les avait transférés : faire partie de son cabinet. Conscient qu’il s’agissait d’une contestation publique du leader de l’ERC, JxCat a choisi -sans consensus préalable avec les Républicains- Jordi Snchez, Jordi Turull, Mriam Nogueras et Jordi Puigner comme ses envoyés aux négociations bilatérales et ont divulgué leurs noms à la presse. Il l’a fait quelques minutes avant le début de la réunion du gouvernement au cours de laquelle la délégation catalane doit se mettre d’accord et sachant que les deux condamnés et leur porte-parole au Congrès pourraient faire l’objet d’un veto de la part de leurs partenaires du gouvernement, comme cela a fini par se produire.

L’attaque a conduit à une crise gouvernementale dont les conséquences ne sont pas encore connues. Après les désaccords publics entre les partenaires indépendantistes qui ont déjà ruiné l’expansion de la L’aéroport d’El Prat, ce nouvel épisode plus grave met à mal la confiance minimale avec laquelle ERC et JxCat ont entamé une législature avec des teintures pour se terminer aussi brutalement que la précédente : si le Gouvernement n’implose pas avant, Aragons devra se soumettre à une question de confiance en 2023 -tels et convenus avec le CUP- et ses propres collègues du gouvernement pourront le révoquer.

Qui représente Catalogne c’est votre gouvernement. Je n’entends pas laisser passer cette occasion historique, car un gouvernement d’État admet pour la première fois l’existence d’un conflit politique et s’assied pour négocier, a défendu Aragons dans une comparution extraordinaire prononcée à l’issue d’une séance convulsive de la Conseil exécutif, qui a commencé avec plus d’une demi-heure de retard après que le président de la Generalitat a subitement appris la contestation de ses collègues du Gouvernement, et qui a dû être interrompu à la demande de JxCat après avoir vérifié que le leader républicain n’avalait pas avec son impositions. Enfin, le Gouvernement a approuvé que la délégation catalane ne soit composée que de membres du Cabinet possédant la carte ERC. L’accord ouvre la porte à JxCat pour ajouter des conseillers du Gouvernement à la délégation, mais ceux de Puigdemont ont refusé de rectifier.

Jordi Snchez a assuré que son parti avait opposé son veto à La Moncloa et son évaluation était tout à fait exacte.

Au gouvernement, la décision d’Aragons n’a pas surpris. C’était ce qui était dit, ce qui était convenu. A La Moncloa, ils se sont toujours méfiés de Junts, conscients de la volonté de Puigdemont de boycotter le dialogue. Par conséquent, ils ont conclu avec ERC que le forum ne serait que pour les membres des deux gouvernements. Ils ont oublié l’ambiguïté calculée du passé sur la présence éventuelle de personnalités comme Oriol Junqueras, conscients que JxCat jouerait tous ses tours pour déstabiliser.

Snchez ne valide que l’interlocution avec Aragons et ERC et les deux partenaires de gouvernance ont compromis leur parole contre d’éventuels mouvements de Puigdemont. Les socialistes et les républicains sont les plus déterminés à faire démarrer ce dialogue, à le durer et à présenter des avantages politiques. Nous soutenons la proposition que le président de la Generalitat a lancée, a déclaré mardi Isabel Rodríguez, porte-parole de l’Exécutif, et ce qu’il faut être à la table. Aucun autre cadre n’a jamais été compris que les équipes des deux gouvernements.

De La Moncloa, ils précisent que l’interlocution est avec la présidence de la Generalitat, pas avec les parties. Ils renforcent le rôle des Aragons, à qui ils ont déjà donné de l’oxygène avec la présence de Sánchez. Socialistes et républicains ont besoin de ce forum pour démarrer et perdurer dans le temps pour protéger à la fois leurs positions politiques de l’opposition et leur gouvernance : tant qu’il y aura dialogue et qu’il n’y aura pas d’accords clos, ils pourront transférer que leur feuille de route est toujours en vigueur.

Est-il possible qu’ERC recule pour contenir la crise avec JxCat ? Des sources républicaines disent non. S’ils le souhaitent, ils peuvent ajouter des membres du gouvernement. S’ils ne le font pas, c’est à vous de décider.

★★★★★