Pedro Snchez engage le gouvernement « à l’abrogation de la réforme du travail » mais souhaite un accord avec la CEOE

Le gouvernement s’accorde à nouveau sur ce qu’il avait déjà accepté en théorie. Le pacte n’entre pas dans les détails, sauf que le PSOE veut les hommes d’affaires à l’intérieur.

Nadia Calvi
Nadia Calvio et Yolanda Daz, lors du récent sommet hispano-portugais qui s’est tenu à Trujillo.EFE
  • Économie La CEOE négocie la réforme du travail avec Bruxelles pour éviter le bruit du gouvernement
  • Politique Da D dans la division gouvernementale : « C’est un peu du théâtre »… « Ils voulaient nous mettre à rude épreuve »

Rendez-vous clé à La Moncloa. La réunion de Pedro Sánchez avec les vice-présidentes Nadia Calvio et Yolanda Daz pour aborder la réforme du travail, a fixé une position commune du gouvernement, étant donné les différentes positions sur la profondeur de la même exprimées par les deux vice-présidents. Sans entrer dans le fond, l’Exécutif affiche son « engagement » pour « l’abrogation de la réforme du travail de 2012 dans les termes établis par l’accord de coalition et le Plan de redressement envoyé à Commission européenne« Mais il ajoute une nuance clé pour le PSOE : il veut que les hommes d’affaires fassent partie du pacte qui est conclu. C’est son but avant un calendrier qui fixe la fin de l’année comme échéance.

Le gouvernement utilise le mot «abrogation» que Sanchez et Calvio avaient évité d’utiliser ces derniers jours lors du sommet du G-20. Pour tenter de réparer les dégâts que cette crise de la réforme du travail cause dans la coalition, le chef de l’exécutif a été contraint d’organiser une réunion dans le complexe présidentiel, à laquelle ont également participé les ministres de autorités fiscales, Sécurité sociale et Éducation.

La position qui ressort du conclave est de garder le gouvernement au sec, sans se mouiller. D’une part, il ratifie le pacte de gouvernement signé par le PSOE et United We Can, mais le parti socialiste a introduit une nuance clé : « Le gouvernement recherche, par le dialogue social, un accord juste et équilibré avec toutes les parties. C’est-à-dire, prioriser que cette « abrogation » a l’approbation du CEOE. Qu’il y ait un accord avec les syndicats, mais aussi avec les employeurs.

Pour démontrer cette priorité, cette « condition de possibilité » que dirait Pablo Iglesias, le Gouvernement cite comme exemples à suivre l’abrogation de l’article 52.d qui permet le licenciement pour congé de maladie, les règles d’égalité, les ERTE, la Loi sur les cavaliers ou travail à distance. Dans tout cela, il y avait un accord avec l’association patronale et les syndicats. C’est comme tu veux La Moncloa.

Collé au pacte

On peut arriver à ce que les deux parties du Gouvernement s’entendent pour parler d’« abrogation » et qu’elles considèrent un acquis pour elles, mais le PSOE gère que la participation de la CEOE soit érigée en condition, a priori, de l’accord. Dans les rangs violet Ils ne voient pas d’un mauvais œil tenter de conclure un pacte avec les patrons, mais ils préviennent : il n’a pas de « pouvoir de veto ».

L’associé minoritaire a affronté la rencontre avec fermeté et convaincu de ne pas céder à la position socialiste sur un dossier clé pour la pourpre comme il l’est en ce qui concerne le travail et le marché du travail. En ce sens, United We peut considérer la nomination comme une opportunité pour obliger le président à clarifier et préciser sa position, après avoir modéré son discours ces derniers jours. Un revirement qui au sein de la coalition a suscité « beaucoup d’inquiétude » et qui s’est résolu, comprennent-ils, après avoir à nouveau unifié les positions ce mardi.

Ainsi, le violets rediriger toute leur planification à ce sujet vers l’accord entre les deux partenaires pour former un Exécutif, conclu fin 2019 et dans lequel les deux parties s’engagent à abroger la réforme du travail du PP : « Ce sur quoi on s’est mis d’accord ne peut pas être réécrit. pacte », a tranché ce mardi le porte-parole parlementaire du groupe confédéral, Pablo Echenique, laissant entendre que la position de United We Can dans cette affaire est immuable.

Avant fin 2021

Engagement à Bruxelles est de préparer cette réforme avant la fin de l’année. Reste à savoir si le calendrier et la position des hommes d’affaires permettent cette intention du PSOE ou si le calendrier s’impose au pacte.

« Il s’agit d’approuver, avant la fin 2021, une législation du travail moderne qui passe en revue les déséquilibres de la réforme de 2012 et laisse de côté les problèmes structurels de notre marché du travail », précisent-ils depuis le gouvernement.

Dans le secteur socialiste, ils se doutaient que les travaillistes ne faisaient pas tout leur possible à la table du dialogue social pour incorporer les patrons. Pour cette raison, le secteur socialiste a fait pression pour pouvoir s’asseoir à la table des négociations. Sanchez a donné le plcet et bien que le leadership du dialogue soit reconnu Yolanda daz, est tutoré par Economa (Calvio) et de la Sécurité sociale (Escriv) qui viennent avec deux directeurs généraux.

Retour à la caisse

La réunion qui devait être la clé pour réduire les tensions au sein de la coalition a duré moins d’une heure. L’accord n’implique rien d’autre que le retour à la case de départ. Prenez comme référence le pacte de gouvernement et le plan envoyé à Bruxelles. Il ne détaille pas la lettre et comment seront abordés les sujets qui causent le plus de frictions au sein du Gouvernement : la temporalité, l’ultra-activité ou les accords.

« La temporalité et la précarité sont, avec le chômage, les principales anomalies du marché du travail espagnol et nous sommes déterminés à les laisser de côté. Il est essentiel de disposer d’outils équilibrés dans la négociation collective et en même temps, d’établir des conditions claires pour la sous-traitance », déclarent-ils au gouvernement, dans une vision commune de la rencontre convenue entre le PSOE et United We Can.

Autrement dit, les deux partenaires se sont mis d’accord sur une position qui leur permet de gagner du temps et de réduire l’écart ouvert. Le PSOE et Unidas Podemos sont « satisfaits » du pacte. « La réunion s’est déroulée dans une atmosphère positive et une attitude constructive », a déclaré le gouvernement de l’Etat.

Ce que dit le pacte de gouvernement

Nous abrogerons la réforme du travail. Nous récupérerons les droits du travail supprimés par la réforme du travail de 2012. Nous favoriserons, dans le cadre du dialogue social, la protection des travailleurs et nous récupérerons le rôle des conventions collectives.

Concrètement et en urgence :

– Nous abrogerons la possibilité de licenciement pour absentéisme causé par un arrêt maladie.

– Nous abrogerons les limitations à la portée temporelle de la convention collective, la faisant aller au-delà des dispositions qui y sont contenues, après la fin de sa validité et jusqu’à la négociation d’une nouvelle.

– Nous abrogerons la priorité d’application des accords d’entreprise sur les accords de branche.

En outre,

– Nous allons modifier l’art. 42.1 du Statut des Travailleurs sur la sous-traitance et la sous-traitance de main-d’œuvre afin de limiter la sous-traitance à des services spécialisés en dehors de l’activité principale de l’entreprise.

– Nous limiterons la capacité de l’entreprise à modifier unilatéralement les conditions du contrat.

– Nous allons revoir le mécanisme de non-application des conventions collectives, en l’orientant vers une baisse de salaire liée à des causes économiques graves.

★★★★★