Pedro Snchez demande à l’ERC de résister à la pression et de maintenir le dialogue bien que Junqueras admet qu’il est « en danger »

Le président de l’ERC appelle à la sauvegarde de la table « Appareil d’Etat », tandis que Junts encourage sa dissolution

Snchez assure que « Puigdemont doit se soumettre à la justice » et revendique « le dialogue »LE MONDE
  • Habitent Dernière heure sur l’arrestation de Puigdemont

ERC admet déjà ouvertement que l’arrestation de Carles Puigdemont il compromet la continuité de la négociation entre la Generalitat et le Gouvernement. Le président de la formation républicaine, Oriol Junqueras, a reconnu ce vendredi que l’arrestation du fugitif en Italie par ordonnance de la Cour suprême mettait en danger la table de dialogue, malgré le fait que la semaine dernière Pedro Sanchez et Père Aragons lors de la réunion bilatérale tenue à Barcelone, ils ont promis de discuter sans délais pour trouver une solution consensuelle au conflit catalan.

Le président de la Generalitat, Pere Aragons, a également admis que « l’arrestation de Puigdemont n’aide en rien à résoudre le conflit politique ». « Nous exigeons la libération immédiate de Puigdemont; c’est une situation très grave », a-t-il réitéré avant de souligner « l’autodétermination et l’amnistie » comme non négociables. Aragons a cependant évité de donner la table dynamitée et a demandé « de ne pas spéculer sur l’avenir ». « On peut toujours trouver des obstacles mais il faut se conjurer pour les surmonter », a-t-il ajouté. Le président de la Generalitat a également annoncé qu’il se rendra ce vendredi avec le vice-président Jordi Puigner à Cerdea, où le chef de Junts est arrêté.

Face à la croisée des chemins que l’arrestation de l’ancien Président, depuis La Moncloa ils envoient des messages pour signifier que leur position reste ferme et qu’ils sont aux côtés d’ERC. « Le dialogue est, si possible, plus nécessaire aujourd’hui; et il le sera à l’avenir. Le message en est un d’engagement et de défense du dialogue entre les différentes administrations afin que les Catalans puissent surmonter le traumatisme que 2017 a entraîné », a été le message d’encouragement lancé par Sánchez depuis La Palma, pour que le parti Junqueras résiste à la pression des indépendantistes qui demandent la rupture.

Cette ligne d’engagement pour le dialogue et le respect des décisions judiciaires, ce que Sánchez a également souligné, est défendue par tous les membres du gouvernement. Également par United We Can, qui a traditionnellement été plus belliqueux contre les actions judiciaires de la Cour suprême contre Puigdemont, serrent les rangs.

« Nous allons respecter les décisions judiciaires qui sont adoptées à tout moment. Le gouvernement espagnol s’efforce d’abandonner la voie de la judiciarisation, de parier sur la voie du dialogue, et c’est pourquoi nous avons travaillé si dur pour retrouver ce dialogue table et que ce soit la voie, car les poursuites se sont avérées être une impasse », a-t-il souligné. Ione Belarra.

A Madrid et à Barcelone, on suppose que l’arrestation de Puigdemont est une menace pour le boîte de dialogue d’opération. Cependant, Junqueras a refusé de considérer les pourparlers avec l’exécutif central comme tronqués et a exigé un effort du mouvement indépendantiste dans son ensemble pour sauvegarder le forum d’une partie de l’appareil d’État qui a intérêt à faire éclater toute possibilité de négociation. La négociation est extrêmement difficile et semée d’embûches, mais il faut essayer de profiter de cette voie jusqu’au bout, a soutenu le leader républicain.

Le chef de l’exécutif catalan a réagi après que son vice-président, Jordi Puigner, a rencontré devant et unilatéralement les conseillers des Junts, c’est-à-dire la moitié du Gouvernement, pour aborder les implications de l’arrestation de Puigdemont. La crainte que Puigner ne lance une attaque pour rompre immédiatement la négociation avec le gouvernement a conduit Aragons à explorer une position unitaire dans son cabinet.

Nous avions déjà prévenu à l’époque que nous étions très sceptiques avec la table de dialogue, et nous voyons à quel point le temps nous donne raison, s’est défendu Puigner lors du rassemblement convoqué à Barcelone pour protester contre l’arrestation de Puigdemont, à laquelle il a déjà assisté. aller aux Palaos pour rencontrer les conseillers de sa formation et plus tard avec Aragons et le reste de l’exécutif catalan.

Le secrétaire général de Junts, Jordi Snchez, a eu un impact sur ce même message, qui a averti qu’un dialogue ne peut être garanti pour protéger la persécution et la violation des droits.

Les proclamations contre le tableau ont également joué dans le rassemblement des soutiens à Puigdemont devant le consulat italien. Des centaines de manifestants qui ont répondu à l’appel de l’ANC ont protesté contre le cri de l’extérieur de la table. La principale organisation séparatiste catalane tentera d’amplifier ce rejet des négociations avec le gouvernement – qui était déjà évident lors de la Diada – à travers une nouvelle manifestation convoquée dimanche à Barcelone.

★★★★★