Pedro Sánchez qualifie d' »impossible » et d' »absurde » un référendum d’autodétermination : « Aragons le sait »

Il espère épuiser la législature en 2023 et estime que dans le dialogue avec les indépendantistes il peut y avoir des points de rencontre

Pedro S
Pedro Snchez, lors de la signature de l’accord pour la réforme des retraites, à La Moncloa.ArbalétriersEFE
  • Procédures Le gouvernement défend un « costume sur mesure » pour la Catalogne avec un référendum « consultatif »
  • Pensions Sánchez vend son accord comme la « garantie » des retraites et Escriv avance des ajustements pour la génération du « baby boom »

Le Gouvernement et la Generalitat ont amorcé le dégel avec la opération concorde. La photo les a rapprochés, mais leurs positions, du moins publiquement, restent tout aussi éloignées. Le président de la Generalitat, Pere Aragons, continue de poser l’autodétermination comme point de départ. La Moncloa propose l’autonomie, le financement et les investissements, et que les Catalans votent si un accord est trouvé à la table de dialogue. Ils ferment les portes aux revendications sécessionnistes, au point que Pedro Sánchez qualifie d' »impossible » et d' »absurde » une consultation pour l’indépendance.

Bien que le pari soit sur le dialogue et la compréhension, la dialectique monte en décibels. La situation du Gouverne de ne pas baisser leurs prétentions et de maintenir leurs positions de maximum agaçantes dans le gouvernement, qui considèrent que plus d’une semaine après l’octroi des grâces, ERC devrait avoir un discours plus « réaliste ». Demandes qui ne sont pas traitées pour le moment. Aragons, ce même jeudi, a insisté sur le fait que le « conflit politique » doit être résolu « au moyen d’un référendum au cours duquel il est possible de voter pour savoir si l’indépendance de la Catalogne est souhaitée ou non ».

« Nous parlons d’une absurdité », a déclaré Snchez dans une interview à La Sexta, qui a insisté pour rejeter le référendum d’autodétermination, par « conviction », parce qu’il ne rentre pas dans la Constitution et parce qu’en plus, une majorité de deux serait nécessaire. Congrès de réformer le Constitution, ce qui obligera à avoir le PP. « C’est impossible », a condamné le chef de l’exécutif. « Aragons le sait. »

« Si nous vivons ensemble, nous décidons ensemble et le droit à l’autodétermination, tel que conçu par le mouvement indépendantiste, ne convient ni d’un point de vue constitutionnel ni d’un point de vue politique pour construire la coexistence », a réfléchi Snchez dans La Sexta. « Un référendum d’autodétermination nous réunira tous un jour pour voter, mais le lendemain la société catalane verra sa fracture s’aggraver. »

Une consultation sur l’autonomie gouvernementale, s

Malgré les déclarations des membres du Gouvernement, au sein de l’Exécutif ils restent calmes. Ils supposent que tout répond à une mise en scène qui, oui, dure plus longtemps qu’ils ne le souhaiteraient. En tout cas, ils préfèrent se laisser guider par le Rétroaction qu’ils reçoivent dans les conversations avec CER dans l’arrière-salle politique et s’accrocher à la position qu’Oriol Junqueras a manifestée dans la lettre où il faisait apparaître qu’il renonçait à la voie unilatérale, lettre dont La Moncloa a appris un jour avant qu’elle ne soit rendue publique.

« Vous devez différencier les paroles des actes, une chose est des paroles et une autre est des actes. Depuis que je suis président, je n’ai entendu aucun dirigeant indépendantiste parler d’unilatéralité ou de violation de la légalité démocratique », a approfondi Sanchez. « Bienvenue c’est qu’ils ont formulé de différentes manières que la voie unilatérale ne brisera plus jamais la légalité de ce pays. C’est important car cela va être le cas », a complété la première vice-présidente Carmen Calvo chez RNE.

Sanchez ferme la porte à un référendum d’autodétermination, mais comme Pere Aragons l’avait prévu après sa réunion mardi à Moncloa, le directeur général est prêt à ce que les Catalans puissent voter sur l’accord qui peut être conclu, le cas échéant, à la table des négociations entre le Gouvernement et la Generalitat. Une option qui est envisagée dans le pacte que l’ERC et le PSOE ont signé à l’occasion de l’investiture de Sanchez.

L’engagement du Gouvernement, en ce sens, sera d’approfondir l’autonomie, en proposant même de récupérer des éléments du Statut qui ont été renversés par le Cour constitutionnelle. Une requête que le ministre de la Politique territoriale et premier secrétaire du CPS, Miquel Iceta, a suggéré qu’il s’agit d’une possibilité de « faire un costume sur mesure » à la région autonome pour protéger légalement ce vote.

L’idéologie des grâces envisage que les Catalans puissent voter lors d’un référendum « un grand accord sur l’autonomie, le financement et la participation des communautés autonomes à la conception des politiques de l’État ».

Calvo a également payé ce pari, qui a envisagé d’autoriser la tenue d’un référendum « consultatif » en Catalogne, s’en tenant à l’article 92 de la Constitution, qui prévoit : « Les décisions politiques d’une importance particulière peuvent être soumises à un référendum consultatif de tous les citoyens. « .

En ce qui concerne l’octroi des grâces, que le gouvernement décrit comme la « première étape » qui devait être franchie, Sánchez défend qu’elles ont été accordées car « c’était une demande fondamentale de la société catalane ».

L’octroi de cette mesure de grâce est une prérogative du Gouvernement, une décision politique, que le Gouvernement protège en ce qu’elle est quelque chose qui émane de la société catalane, qui répond à une demande majoritaire des citoyens. « La société catalane, votez ce que vous votez, demandait au Gouvernement cette mesure de grâce » ; « La société catalane l’a demandé de manière majoritaire » ; « Ce sont les Catalans qui nous demandent de faire ce pas », a réitéré le chef de l’exécutif.

Question qu’un ancien ministre du PP se prononce sur les indépendantistes à la Cour des comptes

Avec l’autodétermination et l’amnistie, les indépendantistes ont fait de la Cour des comptes une autre de leurs causes. L’organe a émis une résolution dans laquelle il réclame à 40 anciens hauts fonctionnaires de la Generalitat un montant de 5,42 millions d’euros pour détournement présumé de promotion à l’étranger sur procs.

Pedro Snchez maintient son respect pour le travail de cet organe, mais dans sa critique du fait que le PP ne veuille pas renouveler les organes constitutionnels dont le mandat a expiré (Pouvoir judiciaire, Médiateur, maintenant Cour des comptes…) a remis en cause le fait qu’un ancien ministre du PP soit à la tête de l’opinion, faisant allusion à Marguerite Maréchal de Gand, ministre de la justice du premier gouvernement de Jos Mara Aznar et conseiller à la Cour des comptes.

« Que ce soit un ancien ministre d’Aznar qui prépare les dossiers des leaders indépendantistes ne laisse pas un anachronisme que le PP devrait regarder », a déclaré le Premier ministre.

★★★★★