Pablo Casado met en garde contre la prochaine étape de Snchez : « Si les indépendantistes le forcent, il y aura un référendum »

Gnova retrouve l’harmonie avec le PP valencien lorsque Carlos Mazn l’emporte dans un congrès d’unité

Mariés : « Si les indépendantistes forcent Sanchez, il y aura un référendum »// Photo : EFE
  • Politique Pedro Snchez explique les grâces devant le PSOE : un « premier pas courageux » comme c’était le mariage homosexuel
  • Valence Le PP entame une nouvelle étape en vue de la Generalitat : il cherche le centre en s’ouvrant aux pactes à droite et à gauche

Le président du Parti populaire, Pablo Casado, a averti ce samedi à Valence quelle pourrait être la prochaine étape de la stratégie de Pedro Sánchez après l’octroi de la grâce aux dirigeants du procs: « Si les indépendantistes le forcent, il y aura un référendum Nous devons briser l’unité nationale, mais nous n’allons pas le permettre. « Casado faisait référence à la demande des dirigeants indépendantistes d’un référendum d’autodétermination, que Sanchez lui-même a rejetée dans une déclaration à laquelle ERC n’a même pas cru.

Marié, qui a clôturé le XVe Congrès du PP de la Communauté valencienne dans lequel le nouveau chef, Carlos Mazn, a été élu, a accusé le président du gouvernement d’un « tromperie massive » aux Espagnols. « Nous, les Espagnols, ne méritons pas un gouvernement qui nous ment », a-t-il déclaré, évoquant le Comité fédéral du PSOE qui se réunit aujourd’hui à Madrid comme « le silence des agneaux ». Ce sont des « complices », a-t-il dit des dirigeants socialistes qui ont fini par approuver la politique des grâces.

Pour le chef de la populaire, « Les grâces n’ont servi à Snchez qu’à payer son investiture et elles ne suffiront même pas pour le manque de législature. » « Ce sont des lâches, ils ont vendu tout ce qu’ils avaient promis en campagne depuis quelques mois à la Moncloa », a insisté Casado dans un discours très dur, dans lequel on a critiqué les « autres tromperies », comme la réforme des retraites ou du travail et l’approche des prisonniers de l’ETA vers les prisons basques. « Nous dirons toujours la vérité, peu importe à quel point ça fait mal »Il a promis d’insister pour que le PP soit prêt à aller aux élections.

En effet, le Parti Populaire ouvre une nouvelle étape dans la Communauté Valencienne ce samedi. L’intronisation de Carlos Mazn vient placer la fête valencienne en totale harmonie avec Gnova, après Isabelle Bonig il a fini par renoncer à la bataille actuelle pour ne pas avoir la confiance du président du PP, Pablo Casado, ni du secrétaire général, Teodoro Garca Egea. Gnova parvient ainsi à placer à la tête du PP valencien une personne de sa totale confiance dans un congrès qui a été, en plus, d’unité.

Sans surprise, Mazn a été élu avec 99,6 % des voix. « L’avenir de l’Espagne s’écrit à Valence par décision de Casado », a souligné le déjà leader du PP valencien, remerciant le président du parti pour l’élection de la capitale valencienne pour le prochain convention nationale dans ce qui suppose une distinction à son nouveau leadership.

Le congrès a également été présidé par l’ancien président de la Generalitat, Alberto Fabra, mais sans la présence de quelqu’un qui était sur toutes les lèvres ces derniers mois, l’ancien président Francisco Camps, qui s’est donné raison pour le futur maire de Valence en plein décollage de la carrière parlementaire de Mazn avec Mara Jos Catal.

« Certains disent que tout a commencé à Murcie, mais je dis que tout continue à Valence », a déclaré Garca Egea, qui a justement ratifié Mara Jos Catal comme « la prochaine maire de Valenciana » … dans un rendez-vous qui n’a pas été manqué Toni Cant. « Etre à la hauteur de Rita Barber », ajouta plus tard Casado, qui souligna justement la présence de Cant et son « travail pour le constitutionnalisme et l’union du centre-droit ». Le paradoxe est que l’ancien leader de Ciudadanos a fait son saut au PP aux mains d’Isabel Daz Ayuso et que, après avoir été exclu des listes, il a lui-même laissé la porte ouverte pour retourner dans la capitale valencienne. Au point qu’à Valence, il a été spéculé qu’il pourrait revenir en tant que candidat du PP à la mairie de Valence.

Mazn, qui reste président du Conseil provincial d’Alicante, a confirmé Catal comme nouveau secrétaire général du PP de Valence et a annoncé un nouvelle tournure sociale à la stratégie du parti. « Code vert », « code social », « activisme »… sont quelques-uns des concepts inédits que Mazn a manié pour montrer son nouveau pari discursif.

Sur le plan organique, cela sera réalisé pour la première fois avec le création d’un vice-secrétaire aux droits civiques, axé sur « l’égalité » et pour « tous ceux qui se sentent rejetés », selon les mots de Mazn. Le leader a annoncé deux autres vice-secrétaires sur l’écologie et le développement et le territoire et la culture. « Nous ne voulons pas que quiconque nous dise que notre identité est différente ou qu’ils viennent d’ailleurs », a expliqué Mazn, très critique à l’égard de la politique du gouvernement de Ximo Puig et désireux de récupérer le drapeau du valencisme.

En fait, sa vidéo de présentation a été jonchée de références à la Traditions et exigences valenciennes: l’eau, la paella, l’hymne régional, la Senyera… « L’injustice que connaît la Communauté valencienne prendra fin à jamais avec le PP », a condamné Mazn.

★★★★★