Nous pouvons défier Pedro Sánchez avec une attaque directe sur Batet et le Suprême

Plainte contre le président du Congrès pour avoir exécuté la sentence de la Haute Cour et retiré le siège du député Alberto Rodríguez

Ione Belarra, ministre des Droits sociaux et l
Ione Belarra, ministre des Droits sociaux et leader de Podemos.EFE
  • Congrès Batet se conforme à l’arrêt de la Cour suprême et retire le siège du député Alberto Rodríguez et nous pouvons la poursuivre pour tergiversation
  • Tribunaux Marchena explique à Batet que la disqualification d’Alberto Rodríguez est obligatoire

United Nous pouvons ouvrir une crise institutionnelle ce vendredi en interpellant le président du Congrès, Meritxell Batet, pour avoir exécuté la décision de la Cour suprême contre le député Alberto Rodríguez et, par conséquent, retiré son siège. Les violets Ils accusent Batet d’avoir cédé aux pressions de la Cour suprême – qu’ils désignent pour avoir fait pression sur le Congrès – et de l’extrême droite et annoncent un procès contre le président de la Chambre basse pour tergiversation.

Peu de temps après, le CGPJ a sévèrement critiqué l’attaque sur cette question par le ministre des Droits sociaux et leader logement, Ione Belarra, qui a accusé la Cour suprême d’avoir fait pression sur le Bureau du Congrès: Attribuer la commission d’un crime à ses magistrats dépasse absolument les limites du droit à la liberté d’expression, surtout lorsque la personne qui procède à ces manifestations est membre du pouvoir exécutif, a indiqué la CGPJ dans un communiqué.

L’attitude de Podemos a été censurée, par ailleurs, par son partenaire à l’Exécutif. Depuis le PSOE, après avoir entendu ces faits, Batet s’est défendu et il a été souligné qu’en Espagne il existe une indépendance judiciaire : les condamnations peuvent faire l’objet d’un appel mais ne peuvent être violées, ont indiqué des sources socialistes avant de souligner l’accomplissement scrupuleux que Batet a fait de son devoir.

Le PP a été beaucoup plus énergique envers la position adoptée par Podemos. Son président, Pablo Casado, a directement demandé à Pero Sanchez la destitution « immédiate » de Belarra pour avoir accusé la Cour suprême d' »avoir commis un crime ».

« Dans tout gouvernement sérieux, un ministre qui accuse la Cour suprême d’avoir commis un crime sera immédiatement limogé », a déclaré Casado, qui touche « l’attaque contre la Justice et les institutions » par « les partenaires radicaux » de Sánchez et de leurs ministres. « C’est intolérable. Si vous n’agissez pas, vous deviendrez déjà complice d’eux », a-t-il ajouté.

Retrait du siège

Le séisme politique s’est produit après que le président de la Deuxième chambre de la Cour suprême, Manuel Marchena, mettrait moins de 24 heures pour répondre au président du Congrès confirmant son obligation de se conformer à la disqualification d’Alberto Rodríguez et moins de cinq heures plus tard Meritxell Batet a communiqué au député de United We Can le retrait de son siège comme l’exige la peine prononcée contre lui pour avoir donné des coups de pied à un policier il y a sept ans au cours d’une manifestation.

Aujourd’hui dans la matinée, Marchena a expliqué par lettre officielle au président du Congrès que la peine accessoire de disqualification est obligatoire, comme prévu dans le article 56.1.2 du Code pénal, et a également rappelé dans sa lettre que la défense du député violet demandait déjà une clarification de la phrase et, à cette demande, il a répondu en insistant sur le fait qu’elle est claire et implique le retrait du siège.

Par conséquent, la seule issue possible pour sortir de l’affaire Alberto Rodriguez et de la quasi-affrontement entre le Congrès et la Cour suprême, était que le président de la Chambre exécute la sentence de la Haute Cour dans les plus brefs délais et procède au retrait du agir du député Podemos, bien que cela impliquerait d’ouvrir immédiatement un front de guerre avec le parti partenaire mineur de la coalition gouvernementale.

Batet s’est conformée en temps opportun, sachant que la responsabilité incombe exclusivement à elle et que la désobéissance pourrait avoir des conséquences graves allant d’un procès pour outrage à un autre pour tergiversation, ainsi que courir le risque de faire l’objet d’un processus de rejet au Congrès et même la disqualification devant le tribunal.

Ainsi, la troisième autorité de l’État a procédé à communiquer personnellement à Alberto Rodríguez le bureau du président de la Cour suprême confirmant toutes les extrémités de la peine prononcée contre lui, ce qui entraîne la perte de son statut de député, ainsi que l’ordre qui en assure l’exécution.

Plainte pour tergiversation

Batet a également transféré le bureau au Commission électorale centrale, l’organe supérieur et permanent de l’administration électorale, aux fins du remplacement en temps utile du député, et Secrétaire général du Congrès. De même, le président de la Chambre a envoyé une lettre officielle à la Cour suprême, transmettant une copie de toutes ces communications et afin que, comme l’a demandé Marchena, le calcul de l’exécution de la peine de disqualification puisse commencer.

La décision du président a immédiatement suscité l’ire de United We Can. Non seulement des députés et assimilés, mais aussi de ceux qui siègent au Conseil des ministres dans une réaction inhabituelle de confrontation radicale avec la Cour suprême et avec la présidence de la Chambre basse elle-même. La formation violette a accusé les deux institutions d’avoir commis un crime de prévarication. C’est-à-dire prendre sciemment une décision injuste et illégale. En effet, en fin d’après-midi, des sources de la formation ont confirmé à ce journal qu’elles vont porter plainte contre Batet pour tergiversation : la décision qu’il a prise cédant à la pression honteuse de la Cour suprême et de l’extrême droite fait un tort énorme à démocratie.notre pays, pensaient-ils.

Le CGPJ critique le fait que Belarra dépasse toutes les limites du gouvernement

La Commission permanente du Conseil de la CGPJ a reproché au ministre des Droits sociaux et leader de Podemos, Ione Belarra, à la dernière minute de ce vendredi, un message sur les réseaux sociaux où il remettait en cause la condamnation de la Cour suprême contre Alberto Rodríguez et le retrait subséquent du siège par décision du président du Congrès, Meritxell Batet. Dans un communiqué, l’instance dirigeante des juges a manifesté son rejet absolu et catégorique des manifestations biélorusses plus catégoriquement qu’en d’autres occasions car elles attribuent la commission d’un crime à ses magistrats, une déclaration qui, à son avis, dépasse absolument les limites du droit à la liberté d’expression en plus de générer une suspicion inacceptable quant au comportement de la plus haute juridiction de la Nation, affirment-ils.

Le CGPJ rappelle que Belarra est membre du Pouvoir exécutif Ce type d’énoncé place donc les relations entre deux pouvoirs de l’État sur un plan tout à fait indésirable. Le ministre a qualifié la destitution de Rodrguez de son siège sur Twitter de tergiversation et a accusé la Cour suprême d’avoir fait pression sur Meritxell Batet pour qu’elle le destitue malgré le fait que tous deux savent que cette disqualification n’est pas ce que dit la peine.

Le Conseil exprime son profond malaise face aux déclarations faites par un membre du gouvernement et défend le fait que la Cour suprême et les autres tribunaux ont amplement démontré leur indépendance, leur impartialité et leur objectivité quelle que soit la position politique ou sociale des membres .

★★★★★