Les partenaires parlementaires du Gouvernement augmentent leur prix pour soutenir les Budgets : « Le vote est en sueur »

Le ministre Bolaos entame une tournée avec les partis du Congrès pour remettre sur les rails son soutien aux comptes

Le porte-parole de l'ERC, Gabriel Rufi
Le porte-parole de l’ERC, Gabriel Rufin, au Congrès la semaine dernière.EFE

Plus d’impôts sur les grandes entreprises et des revenus plus élevés, régulation du prix des loyers, évolution du revenu minimum vital, abrogation de la réforme du travail du PP ou modifications de certaines lois qui sont en cours… Unis nous pouvons au PSOE, sur d’une part, et leurs partenaires parlementaires comme ERC ou EH Bildu au gouvernement dans son ensemble, d’autre part, ils haussent le prix pour soutenir les budgets généraux de l’Etat pour 2022. En fait, les partis indépendantistes lancent l’avertissement que ils ne donneront pas un « chèque en blanc » à l’exécutif car son vote en sa faveur » est en sueur.

La négociation des comptes de l’année prochaine commence à s’échauffer et les partis qui soutiennent le gouvernement au Congrès veulent renforcer leur position de départ et jouer, comme à leur habitude, le tour de la pression. Il convient que le Ministre de la Présidence, Flix Bolaos, entame ce mardi sa ronde de contacts avec les porte-parole parlementaires pour préparer le terrain à l’exécution des Budgets. On le voit d’abord avec le PP, mais comme il n’y a pas d’attente d’accord sur cette question, la nomination vise plutôt à s’occuper du renouvellement du CGPJ. Bolao rencontrera ensuite ERC, qui souhaite commencer ses homologues en échange de son vote favorable.

« Que personne ne suppose que l’ERC vote pour quoi que ce soit », a prévenu le porte-parole républicain, Gabriel Rufin, lors d’une conférence de presse au Congrès, marquant une position de force. « Le vote d’ERC est moite et négocié », a influencé.

Rufin a attiré l’attention sur le fait qu’il considère le PSOE « trop ​​calme » et l’a prévenu qu’il serait « kamikaze » s’il croyait avoir son soutien à la fois pour les comptes et pour faire appliquer d’autres lois telles que la Mémoire démocratique ou l’Audiovisuel. Law, dont il est loin aujourd’hui.

porte-parole d’EH Bildu, Mertxe Aizpurua, a approfondi le fait que le gouvernement devrait être « préoccupé » car « c’est maintenant à leur tour de se conformer » et a souligné que tout comme ils ne viennent pas négocier avec des « lignes rouges », ils ne vont pas donner un « chèque en blanc » Soit. C’est ainsi qu’il sera transféré à Bolaos demain lors de la réunion que le Gouvernement-Bildu tiendra à 17h30.

« Nous allons être exigeants », a déclaré Aizpurua. « Le gouvernement doit être conscient qu’il doit mettre de côté les mesures tièdes et timides et ne pas céder à la pression de l’extrême droite », a-t-il souligné.

Les membres de l’Exécutif coïncident pour souligner qu’un aspect pertinent pour leur soutien est la régulation des prix de location, qui est l’un des enjeux majeurs que United Podemos, le partenaire minoritaire de la coalition, revendique également. Pablo Echenique a déclaré que l’accord sur la loi sur le logement doit être « justifié » dans les comptes. De même, le porte-parole de United We Can a souligné que les autres questions actuellement ouvertes sont la mise en place d’un taux minimum de 15% d’impôt sur les sociétés, une « imposition juste » ou des modifications pour améliorer le revenu vital minimum.

De Mme Pas, igo Errejn s’est joint aux avis au gouvernement pour exiger qu’il « prenne au sérieux » sa politique car sa « chance » ne sera pas résolue par ce qu’il fait au cours de ces deux années. En ce sens, il a fait remarquer que le degré des accords sera vu dans leurs « nombres ». Ce mercredi, il rencontrera Bolaos et exigera des mesures pour l’économie verte, les énergies propres et une allocation budgétaire correspondante pour garantir la santé mentale. « Il est temps de faire un portrait », a-t-il déclaré.

Après avoir écouté les mises en garde de ses partenaires, le porte-parole du PSOE au Congrès, Hector gmezIl a dit comprendre les revendications du reste des groupes et a encadré le ton d’avertissement dans les conditions d’une négociation de ce type. Ainsi, il a reconnu qu’ils ont encore « beaucoup de travail à faire » mais il a fait confiance que le dialogue portera ses fruits pour atteindre l’objectif d’approbation des budgets.

★★★★★