Les flambées de coronavirus et l'ouverture des frontières mettent à l'épreuve le plan de désescalade

Vendredi,
26
juin
2020

01:39

La crainte est que dans les prochaines semaines, les positifs importés de l'étranger arrivent. 20% des derniers détectés provenaient de l'extérieur

Un citoyen récent

Un citoyen vient d'arriver à Madrid en avion à l'aéroport de Madrid-Barajas.
NGEL NAVARRETE

L'Espagne fait face au premier week-end de la nouvelle normalité, dans laquelle les citoyens n'ont plus de restrictions de mouvement, avec une vingtaine de foyers Covid-19 déclarés sur tout le territoire.

Ce sont des flambées qui ne répondent pas à un schéma commun – elles ont été détectées dans les entreprises de fruits et légumes et les hôpitaux, les hôpitaux, les résidences, les pensions, dans un centre d'accueil de la Croix-Rouge ou en milieu familial – et affectent déjà 11 communautés autonomes.

La capacité de contrôler ces pics et le risque que face à l'ouverture progressive des frontières entre un nombre important de personnes infectées de l'étranger, ils mettent à l'épreuve le plan de désescalade du gouvernement.

Sur ce dernier point, sur le danger imminent de cas importés, Fernando Simn s'est concentré ce jeudi plus que sur des foyers déjà déclarés. Une grande partie des cas que nous avons maintenant nous savons d'où ils viennent et nous pouvons identifier leurs contacts, il est vrai que nous pouvons en échapper, a déclaré le directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires lors d'une conférence de presse. Mais en ce moment, nous avons un contrôle clair sur une grande partie de la transmission qui se produit en Espagne.

Dans ce scénario, Simn regardait vers l'ouverture progressive des frontières. Nos problèmes vont être associés précisément à ce qui se passe dans le reste du monde, c'est-à-dire aux cas importés, par quelque moyen que ce soit, a-t-il déclaré.

54 positifs de l'étranger

Dans les semaines à venir, avec l'ouverture progressive des frontières, nous devrons être très prudents avec tous les voyageurs, qui vont probablement constituer une part importante des dossiers.

Selon les chiffres fournis par Fernando Simn, la semaine dernière, ils ont été comptés 54 points positifs chez les citoyens venant de l'étranger, ce qui représente 20% du total des cas diagnostiqués. Précisément, deux des foyers actuellement ouverts ont été déclenchés par des cas importés.

À Murcie, il y a 19 personnes infectées et 60 personnes en quarantaine après le 3 juin dernier, trois passagers infectés de Bolivie ont atterri à l'aéroport de Barajas et se sont dirigés vers la région.

Le Ministre de la Santé de Murcie, Manuel Villegas, a expliqué que, résidant en Espagne, ils avaient la possibilité de rentrer chez eux. Ils devaient probablement avoir été mis en quarantaine pendant 14 jours et ne l'ont pas fait, a ajouté le conseiller.

Le deuxième foyer provenant d'un voyageur de l'étranger est dû à un voisin de Ribeira (La Corua) qui s'est rendue au Brésil début juin et qui a donné lieu à neuf points positifs.

Le Brésil, deuxième pays le plus durement touché au monde par Covid-19, a signalé ce jeudi 42 000 nouveaux cas – plus qu'aux États-Unis – et compte déjà 1 188 000 infectés, selon les données fournies par Fernando Simn pour illustrer le risque de cas importés.

Cela peut arriver comme à Pékin, selon Simon

Le directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences a cité l'exemple de la Chine. Avec des contrôles ultra-froids, très puissants au niveau de la frontière, ils ont connu une flambée majeure à Pékin, probablement liée à l'importation de cas. Il serait un peu innocent de penser que nous sommes protégés contre cela, a-t-il dit. Nous devons être conscients de ce qui est susceptible de nous arriver car cela est arrivé à d'autres pays, ajoute-t-il.

Les contagions pouvant entrer par les aéroports sont également signalées par les facultés de médecine. Il est très important de contrôler les flux de citoyens d'autres pays, en particulier ceux qui sont très touchés, a déclaré ce jeudi à EL MUNDO Serafn Romero, président de la Conseil général des collèges médicaux officiels (CGCOM). Nous pensons que les mesures mises en place sont trop laxistes pour contrôler ce type de flux dans un monde global.

Les travailleurs d'Aena portent la température aux passagers récents "src =" https://e00-elmundo.uecdn.es/assets/multimedia/imagenes/2020/06/25/15931216585940.jpg
Les travailleurs d'Aena portent la température aux passagers qui viennent d'arriver à Madrid, à l'aéroport de Barajas.

Romero propose, dans le cas des pays d'Amérique latine, qui sont maintenant en hiver et ont un nombre élevé de foyers, que leurs citoyens, s'ils sortent, le fassent de manière très contrôlée. Ceux qui sont venus, au moins avec un PCR fait 48 heures à l'avance, avec des contrôles à l'entrée du pays et avec un suivi de routine de tous, raconte Romero. Nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s'était passé avec les pays qui sont maintenant confrontés au pire.

En attendant ce qui pourrait venir de l'étranger dans les semaines à venir, dans le scénario actuel, des vingt foyers ouverts, il y en a deux qui inquiètent particulièrement le gouvernement en raison de leur volume, selon Fernando Simn. L'un d'eux est Aragn, dont l'objectif principal est parmi les travailleurs d'une entreprise de fruits et légumes et qui a fait que quatre régions sont revenues à la phase 2. Les autorités aragonaises ont rapporté ce jeudi 53 nouvelles infections, dans une légère ligne ascendante par rapport aux derniers jours. Jeudi, ils étaient 49 et 47 mercredi.

Malaga et la Cantabrie s'inquiètent

Le deuxième objectif que Santé surveille de très près est celui déclaré au centre d'accueil, d'urgence et de référence de la Croix-Rouge à Malaga, en raison du nombre important de cas. Après avoir détecté une première contagion le 21 juillet, en cinq jours ils comptent 89 points positifs confirmé par PCR parmi les détenus, les travailleurs et les bénévoles. Ce sont pour la plupart des jeunes asymptomatiques, confinés dans le même centre.

Fernando Simn a évoqué une troisième flambée à laquelle une attention particulière est accordée, dont Santé n'a eu que des données préliminaires ce jeudi. Une épidémie que nous avons actuellement en Cantabrie, qui est beaucoup plus petite, nous inquiète jusqu'à ce que nous ayons un peu plus d'informations sur les contacts possibles, a-t-il déclaré.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★