L’ERC met en garde Pedro Snchez : « Ce n’est pas la première fois qu’on fait tomber certains budgets alors qu’ils ne sont pas bons pour les citoyens »

Junqueras intensifie la guerre avec JxCat en raison de l’embargo de la Cour des comptes : « Je n’ai pas l’intention de laisser l’un des nôtres seul en cours de route »

Aragon
Aragons, junqueras et Vilalta hier à MontjuicAlexandre garcaEFE
  • Catalogne Pere Aragons compare l’exécution de Llus Companys à l’embargo de la Cour des comptes

« Toutes les décisions que nous prenons dans n’importe quel domaine, y compris le budget, sont vraiment utiles pour les citoyens, pour gagner leur confiance et ainsi être de plus en plus forts jusqu’à ce que nous obtenions l’indépendance. » Par ces mots, le président d’ERC, Oriol Junqueras, a voulu laisser une fenêtre ouverte au Gouvernement pour l’approbation des budgets malgré le fait que quelques minutes auparavant il avait fermé une porte : « Ce n’est pas la première fois qu’on renverse certains budgets qui ne sont pas bons pour le citoyen, de la même manière que les bons budgets pour la société auront notre soutien ».

Et c’est que Junqueras a démontré qu’il doit naviguer entre deux eaux pour que son parti soit important dans la gouvernance de l’Etat sans oublier les revendications souveraines lorsqu’il préside la Generalitat. Dans son discours au Conseil National de l’ERC. « Une condition indispensable pour approuver les budgets est qu’ils soient bons pour les citoyens, ils doivent être tenus, les promesses et les déclarations qui ne viennent jamais sont inutiles », a déclaré le leader d’Esquerra, ajoutant que le gouvernement doit apprendre que « ce n’est pas le premier temps. « qui rejettent les comptes alors qu’ils n’ont pas d’impact sur la société.

De plus, il a lancé un avertissement aux marins aux socialistes : « Nous n’avons approuvé de budgets pour aucune formation politique spécifique, ou un gouvernement spécifique, nous avons approuvé de bons budgets pour la société et il y a actuellement un long chemin à parcourir pour rendre notre soutien possible. . » Il a également profité de son discours pour lancer un avertissement à ses partenaires JxCat du Gouvernement en assurant que « les raisons d’être indépendantistes ne manquent jamais, chaque jour elles nous en donnent un peu plus » et ajoutant que « notre pays ne peut que relever pleinement les défis s’il est indépendant, comme tout autre État européen. »

C’est pourquoi il a exhorté à gagner la confiance du citoyen comme « face à la répression qui tente d’arrêter le mouvement indépendantiste », en référence aux décisions de la Cour des comptes de saisir les avoirs des anciens postes de la Generalitat mis en examen dans cette comptabilité processus, comme les Junqueras lui-même, pour allouer des fonds publics à la promotion de la souveraineté étrangère. « Je ne laisserai aucun des nôtres seul en cours de route, nous serons toujours à leurs côtés, tout le monde doit être conscient et doit être préparé », a-t-il déclaré à propos de cette réclamation légale selon laquelle il souhaite « saisir la maison où nos enfants habitent. »

En ce sens, JxCat et ERC ont mis en scène hier leur neuvième désaccord au sein du gouvernement. Les Républicains ont annoncé qu’ils paieraient plus de deux millions d’euros, la part correspondant aux dépenses imputables à l’ensemble des près de 30 personnes qui avaient des responsabilités à la Generalitat entre 2016 et 2017, sur les 5,4 millions d’euros réclamés par la Cour des comptes pour éviter la saisie de vos avoirs. Cependant, depuis JxCat, ils ont assuré que les deux millions correspondent à la responsabilité conjointe qui incombe à l’ancien ministre Raul Romeva (ERC) et qu’à aucun moment ils n’avaient contacté Carles Puigdemont « pour une quelconque gestion liée à ce dossier ».

Malgré cela, la somme apportée par les Républicains couvre également la responsabilité de l’ancien président, qui l’a choisi dans JxCat. « ERC a présenté des avenants pour sauvegarder la responsabilité conjointe qui incombe au ministre Raul Romeva et n’a présenté aucun autre avenant individualisé » et ils ont ajouté que le parti « ne fera pas de partisanerie sur les questions de solidarité anti-répressive ». Ils ont également assuré qu’ils travaillaient en coordination avec le Fonds de solidarité, pour garantir les garanties de « tous les inculpés par la Cour des comptes sans exception. Cela inclut les responsables du Gouvernement entre 2011 et 2017 ».

La Cour des comptes a annoncé qu’elle n’acceptait pas les garanties d’un montant de 5,4 millions d’euros formalisées par les trente postes exaltés à travers l’Institut Catal de Finances (ICF) et qu’elle procéderait à la saisie des actifs qu’elles ont apportés en garantie dans le cause par la promotion externe de la procs entre 2011 et 2017. Après cette décision, les prévenus ont commencé à déposer des biens immobiliers et mobiliers pour garantir les cautions qui leur sont demandées, dont l’ancien président catalan Artur Mas, qui a présenté son appartement à Barcelone.

★★★★★