Le tribunal de Barcelone demande instamment d’enquêter sur une vente de pétrole comme « écran de financement illégal » des « procs »

Rejette l’appel du parquet pour porter plainte contre l’environnement de Puigdemont dans le cadre de l’opération « Opération Voloh »

Puigdemont au Parlement européen
Puigdemont au Parlement européenFrancisco Seco
  • Politique L’environnement de Carles Puigdemont a rencontré les renseignements russes à la recherche d’un soutien pour le procs

Approbation judiciaire de l’affaire Voloh. Le tribunal de Barcelone a rejeté un recours du procureur visant à déposer une partie de l’enquête du tribunal d’instruction numéro 1 de Barcelone dans laquelle une vente de pétrole entre une société russe et chinoise est pointée du doigt comme un prétendu « écran de financement « pour le processus d’indépendance. Concrètement, l’enquête est basée sur un rapport de la Garde civile sur les relations du chef de cabinet de l’ancien président Carles Puigdemont, Josep Lluis Alay, accusé dans la procédure avec l’homme d’affaires Alexander Dimitrenko, qui était ambassadeur de la Chambre de commerce. de Barcelone contre la Russie.

Le tribunal d’instruction numéro 1 de Barcelone a exhorté la garde civile à connaître la destination de l’argent obtenu avec cette vente de pétrole et s’ils sont arrivés en Espagne et pourrait examiner les communications téléphoniques intervenues avec Alay au cas où il y aurait une référence à Dimitrenko et au opération. Cependant, le procureur a demandé l’annulation de l’intervention, estimant qu’elle était de nature prospective et que les crimes ou comportements criminels concernés n’étaient pas indiqués, car les transcriptions de la Garde civile ne faisaient que lire que Dimitrenko et Alay se félicitaient du paiement de la société chinoise. sur un compte à Moscou.

Le tribunal de Barcelone considère que « la diligence est nécessaire, utile et pertinente, il se sent obligé d’enquêter sur cette opération suspecte pour éventuellement constituer un écran à un financement illégal » et autorise donc l’enquête. Ainsi, ils rappellent que « les délits de détournement de fonds et de trafic d’influence doivent faire l’objet d’une enquête, en plus du financement éventuel d’un parti politique comme expressément indiqué par l’arrêt » du tribunal d’instruction.

Dans le rapport de police, Alay est signalé comme recevant un salaire public mais « ses activités dépassent » celles de sa fonction, « comme il ressort clairement de l’analyse du téléphone, qui révèle les dévouements d’autres personnes » et il est ajouté qu’un vente de pétrole entre une compagnie russe et chinoise, à laquelle Dimitrenko a participé « sans que la participation de personnes des environs proches de Puigdemont soit exclue, comme Alay commente que son travail sur la question énergétique russe est stratégique ».

En outre, les enquêteurs rappellent qu’Alay a félicité « la réussite de l’opération et avoir nommé Dimitrenko ambassadeur de la Chambre de commerce de Barcelone avec la collaboration de Joan Canadell », alors président de la Chambre et actuel député JxCat. Ils indiquent également que des rendez-vous ont été organisés auxquels l’actuel vice-président du gouvernement, Jordi Puigner, a participé. Ils ajoutent même que Dimitrenko a commenté avec Alay qu’ils avaient reçu 295 000 $ à titre de paiement de garantie et le Russe a félicité « nous tous » et l’a décrit comme « le premier grand pas franchi ».

Enfin, le tribunal d’instruction a rappelé que la vente de pétrole ou de gaz russe est similaire à celle réalisée par la Russie en faveur d’une société liée à Mateo Salvini qui aurait servi à financer illégalement la Ligue du Nord et que tant Alay que Dimitrenko, à qui privés de la nationalité espagnole par résidence, « n’ont aucune expérience dans le secteur pétrolier ».

★★★★★