Le programme de l’ESO de Lengua Castellana donne la priorité à la « diversité linguistique » et favorise la « réflexion interlinguistique »

Le sujet de la langue co-officielle aura 10% des heures scolaires et les autonomies seront celles qui développent le programme

Le ministre de l'Éducation
La ministre de l’Éducation, Pilar Alegra.JAVIER BARBANCHO

Le programme d’études en langue espagnole de l’ESO donnera la priorité à la « diversité linguistique » et encouragera la « réflexion interlingue ». Le sujet ne se concentrera pas uniquement sur l’espagnol, mais sera ouvert aux langues co-officielles pour « combattre les préjugés et les stéréotypes linguistiques », selon le projet envoyé par le ministère de l’Éducation aux communautés autonomes auxquelles EL MUNDO a eu l’accès et commencer à être appliqué dans les instituts et les collèges à partir de l’année prochaine.

Par ailleurs, les élèves de 12 à 16 ans n’auront plus seulement à apprendre à écrire, à lire et à s’exprimer correctement, mais chercheront aussi à « privilégier un usage éthique du langage qui met les mots au service de la coexistence démocratique, la résolution de dialogue entre les conflits et la construction de liens personnels et sociaux fondés sur le respect et l’égalité des droits de tous ».

« La première des compétences spécifiques du sujet est orientée vers la reconnaissance de la diversité linguistique et dialectale de l’environnement, de l’Espagne et du monde dans le but de favoriser des attitudes d’appréciation de ladite diversité, de combattre les préjugés et les stéréotypes linguistiques et de stimuler réflexion interlingue », prévient le curriculum, faisant passer cette « diversité linguistique » avant la compréhension de lecture traditionnelle, la communication orale ou l’expression écrite.

« Diversité dialectale »

Le texte proclame que « l’espagnol ou le castillan est une langue universelle et polycentrique, avec une énorme diversité dialectale ».

« Aucune de ses variétés géographiques ne doit être considérée comme plus correcte qu’une autre, puisque chacune d’elles a son standard de culture », souligne-t-il. Et il précise également que « la diversité linguistique constitue une caractéristique fondamentale de l’Espagne, où plusieurs langues et leurs dialectes respectifs sont parlés ».

Ce sont des mots qui sont également apparus dans le programme du primaire et qui ouvrent la porte aux élèves pour apprendre à dire bonjour, dire au revoir, remercier et s’excuser en catalan, basque ou galicien. Ils devraient, entre autres, comparer les caractéristiques des principales variétés dialectales de l’espagnol, « avec une attention particulière à celle du territoire lui-même ». Ils apprendront également à « se familiariser » avec les langues des signes.

« Il s’agit donc d’inviter à connaître l’origine et le développement historique et sociolinguistique des langues d’Espagne et de familiariser les étudiants avec quelques notions de base de celles-ci », résume le programme d’études conçu par l’ancien Ministre de l’Éducation Isabel Cela et ratifié par son successeur, Pilar Alegra.

Le programme est également moderniser promouvoir la « maîtrise de l’information ». Le projet que le ministère de l’Éducation a envoyé aux communautés autonomes indique que « l’apprentissage de la lecture est lié presque exclusivement à la lecture littéraire depuis des siècles, bien que les approches communicatives aient souligné la nécessité d’enseigner la lecture de toutes sortes depuis des décennies. de textes, avec différentes fins de lecture ». C’est pourquoi « savoir lire aujourd’hui, c’est aussi naviguer et chercher sur le web, sélectionner des informations fiables, les préparer et les intégrer dans ses propres schémas, etc. », ajoute-t-il.

La langue co-officielle

D’autre part, le sujet de la langue co-officielle aura 10% des heures scolaires et ce seront les communautés autonomes qui développeront cette partie du programme, qui ne pourra pas couvrir plus de 50 heures au cours des trois premières années ou plus. plus de 20 heures au cours des trois premières années.

Le problème est que le ministère permet que les « contenus renvoyant à des structures linguistiques pouvant être partagées par plusieurs langues dans un même cursus » soient enseignés « en commun ». Cela ouvre la porte à l’enseignement, par exemple, de parties du programme en catalan qui devraient être vues en espagnol sous prétexte qu’elles sont courantes.

★★★★★