Le procureur exhorte à adopter des « mesures qui favorisent une mobilité sûre » face à l’augmentation des scooters et des vélos

Il indique que « les accidents sur les routes urbaines ont augmenté en raison de la manipulation desdits véhicules »

Policiers avec un utilisateur de scooter
Policiers avec un utilisateur de scooterA. MORENO
  • Événements Une femme décède après avoir été écrasée par un scooter électrique à Lrida

La prolifération dans les villes des véhicules de mobilité personnelle, comme les scooters, à la fois électriques et traditionnels, les vélos, les monocycles ou les motos électriques, entre autres, a provoqué un changement considérable dans la façon dont la population se déplace, en plus d’encourager de moins en moins la mobilité. en utilisant la voiture. La création d’itinéraires spécifiques pour ce type de véhicule par les communes, comme des pistes cyclables, a également permis une augmentation de leur utilisation.

Cependant, gérer autant de véhicules n’est pas facile. Pour cette raison, le Service de la circulation du Parquet de Barcelone prévient dans son rapport correspondant à l’année dernière que « l’incidence des nouvelles formes de mobilité personnelle (VMP) représente une augmentation des accidents sur les routes urbaines dérivées de la manipulation desdits véhicules ». et ajoute que « l’augmentation exponentielle dans nos routes urbaines de ces nouveaux véhicules implique la nécessité d’adopter des mesures qui favorisent une mobilité sûre pour tous les usagers de la route (conducteurs de véhicules, VMP et piétons) ».

La mémoire rappelle que l’année dernière, il y a eu 462 accidents avec des véhicules de mobilité personnelle impliqués à Barcelone selon les données de la Garde urbaine. Parmi ceux-ci, trois ont fait 3 morts (un scooter, deux vélos) et deux grièvement blessés. En outre, 7 rapports de police ont été présentés dans lesquels des utilisateurs de vélos ou de scooters ont été blessés ou auteurs d’infractions pénales. Le parquet détaille que l’année dernière, la pandémie a conditionné la mobilité, c’est pourquoi les réclamations auprès des victimes ont chuté à Barcelone de 38,26% par rapport à 2019.

Concrètement, il y a eu 14 décès dans des accidents : 7 automobilistes, 1 cycliste, 1 touriste, 1 véhicule de mobilité personnelle et de ces accidents sur trois un rapport de police a été présenté pour le délit d’homicide par négligence grave. « Il attire également avec force l’attention que de l’analyse des délits contre la sécurité routière initiée dans la phase du premier état d’alerte décrété (confinement à domicile avec restrictions du 14 mars au 21 juin 2020) il est conclu que tous les délits contre la Route la sécurité a subi, au cours de cette période, une baisse générale, à l’exception du « délit de conduite sans points et celui de conduite sans permis ni permis bien que, » dans le décompte annuel, ils aient subi, comme tous les autres, une baisse « .

Le Procureur note que « le nouveau délit de fuite des lieux de l’accident, dans lequel est punie la personne qui quitte les lieux de l’accident, présente diverses difficultés dans l’instruction. impliquerait l’application du sous-type du deuxième alinéa. avec des peines allant jusqu’à quatre ans de prison) ou l’écarter en localisant les faits dans une production fortuite (troisième alinéa dont les peines vont jusqu’à 1 an) est une tâche que, parfois, il n’est pas possible de déterminer dans les premières heures de la formation de la police et les conclusions hâtives peuvent conduire à opposer ultérieurement son veto à la possibilité d’élucider le crime lui-même, dans le même sens, l’absence de l’adoption de mesures conservatoires policières frustrerait parfois l’enquête elle-même ». Ils indiquent que cette année 74 signalements ont été déposés pour abandon des lieux de l’accident dans la province.

En sa mémoire, le procureur rappelle que l’année dernière, la mise en place de blocs de béton dans la rue Consell de Cent à Barcelone par la mairie a fait l’objet d’une enquête en tant que délit à risque possible pour les conducteurs. « Sans aller évaluer l’éventuelle inadéquation dudit placement, l’enquête (après rapports d’expertise et fourniture de la documentation en temps voulu) a conclu à l’absence de preuve d’infraction contre la sécurité routière (pas d’un éventuel risque accru pour les usagers) en prenant soin des caractéristiques typiques du délit », indique le Ministère Public.

★★★★★