Le neveu de Felipe Gonzlez et Cristbal Cantos, acquitté de l’affaire Invercaria

  • Fonds publics Le havre du travail d’Invercaria, vu pour la condamnation
  • la corruption Invercaria : Des feuilles de cahier pour obtenir une subvention de 300 000 euros du Conseil

Après près d’une décennie en tant qu’accusé dans une affaire de corruption, le neveu de l’ancien président socialiste du gouvernement Felipe González, Juan Mara González Mejas, et Cristbal Chants, lanceur d’alerte dans l’affaire Invercaria, ont finalement été acquittés. Les deux anciens administrateurs d’Invercaria ont été inculpés, poursuivis, jugés et finalement acquittés dans l’une des pièces détachées de la macrocause de corruption : celle faisant référence aux privilèges salariaux et du travail des administrateurs de la société de capital-risque de la Junta de Andaluca, Invercaria , au stade des Gouvernements andalous du PSOE.

Le tribunal de Séville, en revanche, a condamné l’ancien président d’Invercaria, Toms Prez Sauquillo, et l’ancien directeur financier Antonio Nieto Garrido, dans la même pièce que les deux autres anciens managers ont été acquittés, également appelés personnels.

La Cour supérieure de justice d’Andalousie (TSJA) a fait part ce jeudi de cette condamnation dans l’affaire Invercaria. C’est la troisième que le tribunal de Séville dicte en la matière, après la première condamnation pour aide à olives tatis et l’absolution dans le cas du concepteur Juana Martín. Ces jours-ci se tient le quatrième procès, des trente pièces dans lesquelles la macrocause a explosé, pour le prêt de 300 000 euros à Fumée, un charpentier en métal de La Carolina, la municipalité de Jaén où l’ancien conseiller socialiste était maire Image de balise Francisco Vallejo, également facturé dans ce cas.

La quatrième section du tribunal de Séville a condamné deux ans et trois mois de prison et quatre ans de disqualification absolue de l’ancien président d’Invercaria Toms Prez-Sauquillo pour le incrément « arbitraire » à la fois leurs salaires et ceux des autres travailleurs de l’entreprise du Conseil pour un délit continu de détournement de fonds publics avec le « hautement qualifié » atténuant procrastination indue, en raison des retards accumulés dans l’affaire qui a commencé à être instruite en 2012 .

L’autre personne condamnée est l’ancien directeur financier d’Invercaria Antonio Nieto, à qui la Cour a infligé un an, un mois et quinze jours de prison et deux ans d’interdiction pour un crime continu de détournement de fonds, Quoi coopérateur nécessaire, et avec le même délai d’atténuation.

Le tribunal considère qu’il est prouvé que, lors de la première réunion du conseil d’administration d’Invercaria, tenue le 6 avril 2005, Prez-Sauquillo a été nommé président du conseil et directeur général de ladite société. Ainsi, divers pouvoirs lui ont été délégués, tels que l’embauche d’employés et leur attribution des salaires et des emplois correspondants, auquel cas il remarque qu’Invercaria « n’avait pas de convention collective avec ses travailleurs, ni n’avait de tableaux des salaires qui déterminent objectivement la rémunération correspondant à chaque poste ».

Cela a causé qu’il y avait des postes élevés qui ne fonctionnaient pas dans l’entreprise qui leur versait le salaire – également connu sous le nom de les routards-, des salaires qui quadruplent en un temps record, règlements généreux aux cadres licenciés et des primes salariales élevées, comme en témoigne le procès.

L’Audience ajoute que, dans l’exercice des pouvoirs délégués, Prez-Sauquillo « a décidé personnellement, au moins », l’embauche d’Antonio Nieto, Cristbal Cantos et d’autres travailleurs, « à qui il a fixé le salaire initial qu’il a librement décidé, sans Obtenir tout type de rapport ou d’autorisation préalable de la Direction Générale des Budgets du Ministre de l’Economie et des Finances, malgré le fait que requis par les lois de finances successives sous peine de nullité ».

Antonio Nieto, qu’il a embauché avec la catégorie professionnelle de technicien et un salaire brut annuel de 26 000 euros, s’est retrouvé avec un salaire de 106 000 euros en 2009. C’était après que Prez-Sauquillo eut accru « sa confiance » en lui et accru ses responsabilités, au point qu’il devint « de facto » directeur économique et financier.

Prez-Sauquillo, « agissant » en accord avec Nieto, « a décidé d’augmenter ses propres salaires et ceux des autres travailleurs, afin de s’enrichir au détriment des fonds Invercaria qui proviennent du Conseiller via l’agence IDEA », précise le jugement. .

« L’argent avec lequel ces flashy ont été payés excédent de salaire perdu ou dévié de ses buts inexorablement liés aux destinées publiques pour rejoindre illégitimement le patrimoine privé de ses destinataires, et c’est précisément ce qui définit « ledit crime, expliquent les magistrats, qui affirment qu’il a aussi le caractère de continué car les auteurs » ils procédé ainsi pendant plusieurs années différentes et pas seulement avec les rémunérations du PDG, mais aussi « avec celles de l’ancien directeur financier lui-même et de « beaucoup d’autres travailleurs » de l’entreprise.

La convention collective IDEA prévoyait le droit de ses travailleurs d’obtenir une prêt sans intérêt jusqu’à 15 000 euros à restituer dans un délai maximum de 60 mois par prélèvement sur la masse salariale. Bien qu’il ne soit pas applicable au personnel d’Invercaria, Prez-Sauquillo « a décidé d’étendre cet avantage aux travailleurs » de l’entreprise publique, tout en relevant le montant maximum à 60 000 eurosTant de travailleurs de l’entreprise ont demandé un tel prêt, y compris les trois autres défendeurs.

Routards

De Juan Mara Gonzlez., L’Audience précise qu’il a signé un contrat de travail avec Invercaria le 1er juillet 2005 avec la catégorie de Directeur de Promotion et un salaire annuel de 60 100 euros, bien que « par décision des responsables politiques du Ministre – accepté par Prez-Sauquillo en tant que PDG d’Invercaria-, il a fourni des services dès le premier instant pour l’Observatoire pour l’innovation et la participation « . C’était ce qu’on appelait, lors de l’instruction de l’affaire, les « routards » ou travailleurs « fantômes », car ils chargeaient d’une entité et travaillaient dans une autre.

Selon le tribunal, Invercaria a été subrogée dans le prêt que l’agence IDEA avait accordé au neveu de Felipe González, dont est issu ce prévenu, prêt qui déjà en 2007 est passé à 30 000 euros.

Début octobre 2007, cette enquêtée a décidé de gérer son départ de l’Observatoire, « qui impliquait la rupture de son contrat de travail avec Invercaria », pour qu’un accord soit trouvé. Dans celui-ci, il a été reconnu dans la masse salariale de ce mois, en plus de son salaire, un certain montant pour les heures supplémentaires et un autre à titre de règlement, dressant un document en date du 31 octobre 2007 appelé « règlement et règlement » dans lequel son En faveur des 26 540,08 euros de la masse salariale d’octobre visée et de 906,25 euros pour les frais de déplacement et de représentation légalement accumulés, tandis que le poste débiteur comprenait les 26 500 euros qu’il devait sur le prêt et 40,08 euros supplémentaires payés par virement, ce qui a entraîné un solde dans sa faveur de 906,25 euros, l’enquêteur signant un autre document par lequel il renonçait à réclamer toute autre somme.

Concernant l’autre prévenu qui a été acquitté, Cristbal Cantos, l’Audience explique qu’il a communiqué à l’ancien président d’Invercaria son intention de quitter l’entreprise fin juin 2008, le travailleur et l’entreprise ayant conclu un accord transactionnel par lequel ils ont mis un mettre fin à la relation de travail et éviter de futures réclamations, auquel cas la masse salariale de ce mois comprenait, en plus du salaire et des éléments habituels, le montant de 12 960 euros à titre de supplément de destination.

Toutefois, et comme ce prévenu a effectué deux virements au profit d’Invercaria le 27 juin pour un montant de 6 037,47 euros à titre de remboursement partiel du prêt reçu, à la date d’établissement de la paie il a perçu un solde nul, pour les sommes à reçu doit être compensé par les montants à payer pour le prêt.

De ces deux anciens directeurs d’Invercaria acquittés, l’Audience affirme que les accusations centrent son accusation pénale sur leur participation au crime imputé aux deux personnes condamnées à l’occasion de la rupture de leurs relations de travail respectives, établissant la clé desdites accusations » dans la déclaration que ils ont fait des documents « ad hoc » pour équilibrer les montants à percevoir par ces travailleurs avec lesquels ils devront rembourser les prêts qu’ils avaient accordés par Invercaria ».

« Il est vrai qu’Invercaria détenait un crédit contre les deux en raison du prêt qu’elle leur avait accordé, dans la partie non restituée ; mais il est également vrai que les travailleurs pouvaient avoir des réclamations légitimes de nature économique contre l’entreprise », font valoir les magistrats, qui Ils soulignent qu' »il ne peut être indifférent qu’Invercaria elle-même, en tant qu’accusation privée, n’accuse pas » ces deux enquêtés, « ce qui ne peut que répondre au fait qu’il ne perçoit pas ses fonds comme épuisés et qu’il ratifie en d’une certaine manière cette façon de procéder, comme des transactions intrinsèquement justes qui articulent de manière adéquate les intérêts conflictuels de l’entreprise et des travailleurs ».

★★★★★