Le mouvement indépendantiste embrasse la théorie d’une « main noire » de l’Etat contre Puigdemont pour s’opposer à la table de dialogue

C’est une thèse promue par le secteur Junts dans le gouvernement après que Puigner a parlé de « complot »

Puigdemont saluant le s
Puigdemont salue samedi des partisans séparatistes.PA

La promenade d’Alghero ce dimanche est devenue pendant quelques minutes l’épicentre d’une tempête tropicale qui a déraciné des palmiers, renversé des motos et dispersé des souvenirs le long de l’avenue. Et arrêtez les sardanes pendant quelques heures.

On peut avec tout, rien ne nous arrête, se vanter, après le coup de vent, d’être présent au festival Aplec International, qui s’est tenue ce week-end sur la côte sarde. Ni les tempêtes ni les tremblements de terre comme celui qui a secoué le mouvement indépendantiste catalan jeudi soir avec l’arrestation de l’ancien président de la Generalitat Carles Puigdemont, libéré moins de 24 heures plus tard.

Nous savions que cela sortirait, dit un groupe de participants, membres d’un colle de gegants de la région d’Urgell, à Lrida. Nous avons pensé manifester dès notre arrivée à Alghero, mais il a obtenu sa liberté. Certains l’ont découvert des heures avant de monter dans un avion, d’autres au milieu d’une excursion en bateau à travers la Méditerranée. Et toutes les personnes consultées répondent de la même manière : elles se seraient organisées sur l’île pour exiger de la voie pacifique la libération de Puigdemont, incarcéré depuis quelques heures dans une prison de haute sécurité à Sassari, près d’Alghero.

Parmi les nationalistes les plus fervents, nombreux réunis ce week-end en Sardaigne, l’idée s’est infiltrée que l’arrestation de l’ancien chef de l’exécutif catalan répond à une opération tissée entre le gouvernement et l’appareil judiciaire pour renverser les attentes sécessionnistes catalanes. Une thèse que le secteur Junts au Gouvernement soutenait déjà lors de la définition du vice-président Jordi Puigner L’arrestation de Puigdemont comme complot. L’ancien président lui-même a également dénoncé après sa libération les persécutions qu’il subit et pointé du doigt le gouvernement. C’est une chasse à l’homme.

Dans la communauté sécessionniste, l’implication du gouvernement est défendue, même malgré les démentis de l’Intérieur, ils estiment qu’il y avait des agents espagnols impliqués. Ils n’étaient certainement pas en uniforme, mais j’ai vu une personne qui, de façon suspecte, ne faisait pas partie de l’équipe de police italienne. Il se trouvait, par coïncidence, dans une vitre qui menait à la sortie de l’avion, où ils descendaient les escaliers, qu’il filmait avec le téléphone portable accroché à la vitre de manière très visible. Il ne m’a pas semblé que cela venait de la police italienne, franchement, c’était la réponse de Puigdemont donnée lors d’une conférence de presse après sa sortie de prison.

C’est par hasard…, confie un habitant de l’île, étranger au festival, en rapport avec le fait que l’arrestation a eu lieu dans un lieu si emblématique du mouvement indépendantiste catalan.

C’est une main noire pour peser la fierté de Madrid, disent certains voisins de Cellera de Ter, une petite ville adjacente à l’Amer natal de Puigdemont. Vêtus dans le dos d’un estelada Avec un ruban jaune brodé, ils affirment partout où ils voyagent, comme l’ancien président, que la répression n’a pas pris fin avec la sortie de prison des leaders indépendantistes jugés le 1er octobre. Tous les exilés doivent pouvoir retourner en Catalogne, demandent-ils. Puigdemont aussi.

L’ancien dirigeant catalan a lui-même profité de ses dernières heures en Sardaigne, avant de rentrer quelques jours à Bruxelles, pour vérifier que cette répression n’est pas restée dans le passé et que si Pedro Sánchez ne propose pas un plan alternatif valable pour l’indépendance, qui en son opinion Cela n’arrive que par le référendum, la Catalogne devra à nouveau envisager la voie unilatérale. Les Catalans ont tous les droits, a-t-il dit, car c’est une voie légitime, comme l’a certifié la justice européenne. C’est, oui, le dernier recours, a-t-il prévenu.

Avec sa visite ce dimanche à Oriston, où il a rencontré les maires indépendantistes de l’île, Puigdemont met fin à près de trois jours dont il extrait à nouveau comment l’Etat a amplifié les thèses indépendantistes.

Cependant, il y a ceux qui regrettent, malgré la présence imprévue d’éminents dirigeants indépendantistes, une plus grande implication des représentants politiques dans l’une des fêtes les plus symboliques de la mémoire, au-delà de la visite de courtoisie et de l’attention aux médias. La culture, c’est le pays, a commenté avec enthousiasme un participant.

★★★★★