Le juge de l’affaire Ghali rejette la demande du procureur de la République d’archiver l’affaire

Il fait valoir que la présence de « qui est entré d’une manière si particulière » en Espagne doit continuer à faire l’objet d’une enquête

L'ancien ministre lundi dernier devant le tribunal de Saragosse.
L’ancien ministre lundi dernier devant le tribunal de Saragosse.Toni GalnEFE
  • La vidéo de Laya devant le juge : « C’était une décision politique »

La Procureur d’État a de nouveau vu ses prétentions frustrées dans l’affaire dans laquelle un juge de Saragosse enquête sur l’entrée en Espagne du leader du front Polisario Brahim ghali.

Le magistrat a refusé d’engager les poursuites demandées par le procureur de la République au nom de l’ancien ministre Arancha Gonzlez Laya, que l’instructeur maintient comme ayant fait l’objet d’une enquête.

Dans une voiture à laquelle ce journal a eu accès, le président du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse, Rafael Lasala, insiste sur la nécessité de poursuivre l’instruction avant, dit-il, la présence en Espagne « de quelqu’un qui est entré d’une manière si particulière ».

« Ce n’est pas le moment où une évaluation complète du fait recherché, des éléments indicatifs existants et de la participation pénalement pertinente à celui-ci de l’enquêté ou d’autres personnes, selon le cas, doit être effectuée, car la procédure abrégée se développe au fur et à mesure de l’accusation initiale jusqu’aux conclusions finales », soutient-il.

De plus, l’instructeur s’arrête aux procédures judiciaires que Ghali avait ouvertes en Espagne (déjà archivées) au moment où il a atterri à la base militaire de Saragosse.

« Il ne faut pas oublier qu’il est également recherché si la conduite pourrait avoir pour but d’éviter des problèmes juridiques dans notre pays (…) car si une procédure judiciaire est connue contre une personne et bien qu’il n’y ait pas de mesures conservatoires à son encontre, les autorités Ils doivent informer les tribunaux compétents de l’emplacement du sujet enquêté, sachant que cette enquête avait été intéressée par le même, laissant une évaluation ultérieure si, s’il y a une qualification pénale sur une telle conduite, il s’agirait d’une dissimulation – comme ils semblent le faire remarquer. des accusations populaires – ou une tergiversation », conclut-il.

L’ordonnance, datée du 7 octobre, suppose un autre « clash » avec le procureur de la République, qui s’est déjà retourné contre le magistrat lorsqu’il a décidé d’appeler Gonzlez Laya comme enquêté.

A l’époque, l’avocate considérait la convocation comme « impertinente » car, selon elle, « le résultat de cette diligence (l’accusation) ne va pas apporter plus d’éclaircissements sur les faits instruits que celui qui fonctionne déjà dans la procédure avec le déclarations et autres. procédures menées « .

L’ancienne ministre des Affaires étrangères a comparu devant l’instructeur le 4 octobre et dans sa déclaration, elle a validé ses efforts avant l’arrivée du leader historique sahraoui. Gonzlez Laya a insisté sur le fait que son département n’a effectué aucun mouvement irrégulier et que Ghali est entré dans le pays avec toutes les garanties et sans violer les lois.

« Tout a été fait conformément à la loi », a-t-il déclaré. L’ancien ministre a également évité les questions de l’instructeur sur la décision de Ghali de se rendre en Espagne, se fondant sur le fait que bon nombre des questions qu’il lui posait étaient de nature secrète et soutenues par la loi sur les secrets officiels d’État.

Comme je l’ai souligné, donner des détails pourrait constituer un danger pour la sécurité nationale.

★★★★★