Le dernier moyen de débloquer Justice : double négociation et 45 jours

Le PP propose de faire en parallèle le renouvellement du CGPJ et le changement du modèle électoral

Pablo Casado s'entretient avec José Luis Martínez-Almeida, Enrique López, Pilar Llop et Carlos Lesmes, ce lundi.
Pablo Casado s’entretient avec José Luis Martínez-Almeida, Enrique López, Pilar Llop et Carlos Lesmes, ce lundi.
  • Justice Lesmes dénonce les attaques du gouvernement contre l’indépendance de la justice et exhorte le PSOE et le PP à renouveler le CGPJ « dans les semaines à venir »
  • Politique Le Gouvernement s’ouvre à une future réforme de la CGPJ, mais seulement si le PP accepte de la renouveler avec le modèle actuel

Le renouvellement du Conseil général de la magistrature (CGPJ) est devenu un labyrinthe politique désespéré qui piège le PSOE et le PP depuis plus de trois ans, sans trouver d’issue. Cependant, pour la première fois ces derniers mois, il y a un timide pas en avant, qui, bien que insuffisant pour éveiller l’optimisme, offre un horizon vers lequel ils pourraient se tourner. Ferraz et Gênes rencontrer. Le Gouvernement a ouvert la porte à une éventuelle réforme du système d’élection des membres – comme l’exige le PP parvenir à un accord-, qui ne s’est concrétisé en rien, alors que dans les rangs populaire Ils étaient prêts à accepter un renouvellement avec le système actuel tant que le changement du modèle électoral est traité en parallèle.

C’est encore une voie qui reste à explorer, mais c’est un nouveau score entre les deux partis majoritaires, qui ont en leur pouvoir de s’entendre pour sortir du blocus actuel.

Face à l’indétermination soulevée par l’Exécutif socialiste, qui place comme seule priorité le renouvellement des membres du corps, le PP met sur la table une sortie avec l’engagement qu’elle pourrait être résolue en seulement un mois et demi, environ 45 jours. Ce serait finir de négocier les noms des membres – qui sont déjà bien avancés après tant de mois de conversations précédentes et les tentatives occasionnelles de se mettre d’accord – alors que dans le Congrès Une réforme est en cours d’élaboration en urgence pour que les juges puissent élire au moins la moitié des membres, comme le réclame la Commission européenne.

Sources de PP ils assurent qu’il est essentiel de lier les deux processus et qu’ils doivent se produire en même temps pour se prémunir contre des promesses qui ne seront pas tenues plus tard. Les PP calcule qu’il ne faut qu’un mois et demi – comme la réforme qui limite les capacités des CGPJ en fonction – pour que leur loi soit approuvée, qu’ils pourraient présenter immédiatement parce qu’ils l’ont déjà rédigée.

« L’important est qu’il y ait un renouveau et, en même temps, un processus de réforme de la loi organique. Et ils peuvent aussi durer plus ou moins les mêmes. Si on en a la volonté, on peut faire en même temps : que ce CGPJ soit renouvelé, oui, avec le modèle actuel et en même temps la norme soit réformée « pour que dans les mandats suivants les juges soient » ceux qui sont choisis entre eux », a expliqué hier le secrétaire de Justice du PP, Enrique Lopez. La clé est « en même temps ».

Du côté socialiste, elle était la porte-parole du gouvernement, Isabelle Rodriguez, qui a ouvert la porte à une future réforme. Dans une interview sur RNE, Rodriguez affirmé que le Gouvernement est disposé à revoir le système électoral et à étudier « tous les scénarios », mais toujours après avoir renouvelé celui en vigueur CGPJ avec le modèle actuel. « Loi et Constitution ; être rempli. Et puis nous sommes confrontés à des réformes », a-t-il déclaré.

C’est quelque chose que la ministre de la Justice, Pilar Llop, a également souligné à sa manière, mais toujours de manière conditionnelle : d’abord, les changements en cours, puis ils parleraient de réforme juridique. « Renouvelons les organes constitutionnels et ouvrons ensuite les débats et que le Congrès et le Sénat, les organes législatifs qui représentent démocratiquement les citoyens choisissent le modèle », a-t-il souligné.

Lors de la dernière négociation de Gênes et Moncloa, le PP était disposé à accepter le renouvellement en cours – déjà lancé en juillet 2018 – et, a posteriori, à modifier la loi organique du Pouvoir judiciaire. Mais cette possibilité d’un pacte a été déformée par la demande de l’exécutif que le juge De Prada soit parmi les élus. Maintenant, suivant les recommandations du UE, Les populaire Ils exigent que l’engagement soit préalable et que la réforme soit lancée au Congrès maintenant, et non comme une promesse future.

C’est pourquoi le PP n’est pas convaincu par la démarche timide du gouvernement. Les leaders populaire consultés par ce journal sont méfiants et craignent qu’il ne s’agisse d’un simple appât dialectique, ou d’un ballon sonde. Ils y voient un geste « étrange », puisque l’Exécutif accuse en même temps Casado d’être en dehors de la Constitution, et ils préfèrent attendre une plus grande spécificité. Pendant ce temps, le PSOE fait pression pour renouveler le CPGJ.

★★★★★