Le bureau du procureur enquête pour savoir si la manifestation néo-nazie à Chueca constitue un crime de haine

Il ouvre des procédures d’enquête pénale et demande à la police de lui transmettre des informations sur les événements survenus samedi dernier dans le quartier de Chueca.

Les manifestants ultas le passé s
Les manifestants ultas samedi dernier dans les rues de Chueca.JAVIER BARBANCHO
  • Madrid Ultras camouflés dans une association de quartier : c’est ainsi que se présentent les organisateurs de la marche homophobe de Chueca
  • Sigma Deux 60% des Espagnols pensent qu’il y a plus d’agressions homophobes et voient l’alarme sociale justifiée

La Procureur provincial de Madrid a ouvert ce lundi d’office une enquête sur les événements survenus lors de la manifestation qui s’est tenue samedi dernier dans le quartier de Chueca (Madrid) où un groupe de personnes a prononcé des slogans tels que « sortez avec Madrid« ou » hors de nos quartiers pédés.  »

Le ministère public a engagé des procédures d’enquête pénale et a demandé des rapports au Brigade provinciale d’information Pourtant le Délégation gouvernementale recueillir des informations sur la question de savoir si ce qui s’est passé lors de la marche convoquée par le groupe madrilène Seguro pour protester contre les « agendas 2030/2050 » constitue un crime de haine.

Le procureur déplace l’onglet après samedi dernier a eu lieu dans le quartier susmentionné de Madrid, le centre des festivités de la Fierté dans la capitale, une manifestation néo-nazie contre le collectif LGTBI.

Comme le rapporte EL MUNDO, l’entité organisatrice de la manifestation homophobe de Chueca est le Association de quartier de San Blas-Canillejas, une organisation qui a été dénoncée par plusieurs groupes antiracistes l’année dernière après avoir promu des manifestations contre les mineurs non accompagnés dans le quartier à la suite de diverses attaques contre des voisins. Cette association fait partie de Coffre-fort de Madrid, un groupe d’extrême droite qui a promu la convocation de samedi dernier dans la capitale.

Bien que le procureur de Madrid ait décidé d’ouvrir d’office l’enquête susmentionnée, les événements survenus samedi dernier à Chueca ont également été dénoncés par le Ministère de l’Égalité et le Ministère des Droits sociaux et Agenda 2030 avant le Procureur de la Chambre des crimes de haine et des discriminations.

Dans la plainte, le gouvernement soutient qu’il s’agit de faits que « nous portons à votre connaissance conformément au devoir énoncé dans le Article 262 de la Droit de procédure pénale, dans le cas où ils constituent un crime de haine ou une discrimination de l’article 510.1 de la Code pénal, considérant les exigences concurrentes de type pénal conformément à l’interprétation contenue dans la circulaire 7/2019, du procureur général de l’État, et estimant également les circonstances aggravantes spécifiques des articles 3 et 4 concourant pour avoir été convoqués et diffusés via Internet étant accessibles à un grand nombre de personnes ; et parce que les faits, en raison de leurs circonstances de temps et de lieu, sont propres à altérer l’ordre public et à créer un grave sentiment d’insécurité ou de peur parmi les membres des groupes cibles des messages de haine et de discrimination. »

De l’Exécutif, ils soulignent que c’est une « obligation institutionnelle, politique et éthique de condamner ce qui s’est passé à Chueca, car c’est, sans aucun doute, une expression d’intolérance incompatible avec la coexistence dans une démocratie ».

★★★★★