La saison des macro-bouteilles touche à sa fin en raison de la pression policière, des basses températures et de l’ouverture des discothèques

Contrairement aux dernières semaines à Barcelone, aucun incident n’a été enregistré dans les concentrations alors qu’il y avait des files d’attente pour entrer dans les locaux et dans certains, un masque n’a pas été utilisé.

Bouteille
Bouteille sur la plage à Barcelone

La combinaison d’une vie nocturne fermée et de bonnes températures a fait monter en flèche la consommation d’alcool dans les rues de toute la Catalogne cet été. Ce n’était pas un phénomène nouveau, bien que ce qui n’ait pas été préparé était la concentration de dizaines de milliers de personnes dans des espaces spécifiques, à l’extérieur, et que dans la plupart de ces macro-bouteilles, la violence était générée par une violence inhabituelle, non seulement pour aller à l’encontre de l’autorité , en l’occurrence la police, mais pour avoir eu des répercussions dans des bagarres entre assistants ou pour avoir été utilisé par des criminels organisés pour attaquer des groupes ou vandaliser des entreprises.

Malgré la pression policière, qui s’est accentuée ces dernières semaines après les graves altercations lors du Merc à Barcelone, il a bien fallu l’ouverture de la vie nocturne et la baisse des températures qui ont presque définitivement fermé les macro-bouteilles de la ville. Ce week-end, le premier à ouvrir les discothèques avec restrictions, il y a eu quelques concentrations dans le centre de Barcelone et sur les plages mais avec beaucoup moins d’affluence que lors des précédentes occasions. Ces bouteilles n’ont pas causé d’incidents et même leur expulsion, par l’arrangement conjoint des Mossos d’Esquadra et de la Guardia Urbana, s’est déroulée sans problème, selon des sources policières.

Dans d’autres communes catalanes il n’y a pas eu beaucoup de concentrations pour consommer de l’alcool dans la rue ce week-end ou l’annonce de fêtes illégales. L’ouverture des zones couvertes des lieux de divertissement, à l’air libre pendant des jours pouvant être ouverts, a transféré les incidents à ces scénarios. Ainsi, dans une boîte de nuit de Sant Cugat del Valls, il y avait foule pour entrer, car il y avait environ 4 000 personnes à la porte et la capacité est réduite à 70%, ce qui a provoqué une avalanche qui a fait 6 blessés légers.

Il y a eu également des défaillances dans le système de validation des certificats covid et dans certains clubs certaines mesures n’ont pas été respectées, comme le non port de masques dans la zone de danse. Les employeurs de la vie nocturne Fecasarm et Fecalon ont signalé que les habitants ont eu des problèmes avec l’application Web activée par la Generalitat pour certifier la validité de la documentation covid que les clients doivent présenter pour entrer, en particulier avec les citoyens qui ne sont pas originaires des pays de l’Union européenne. . Le système s’est effondré vendredi à l’aube avec des files d’attente dans les locaux.

Pour cette raison, de la Fecasarm, ils ont exigé que l’administration catalane puisse utiliser un système QR qui inclut la photo du porteur et qui serve les citoyens du monde entier et a reproché à la Generalitat d’avoir consolidé les bouteilles avec le temps d’ouverture. les locaux. A Fecalon, ils ont souligné l’afflux de nombreux jeunes les premiers jours d’ouverture, c’est pourquoi ils considèrent que la vaccination doit être encouragée entre 17 et 23 ans. D’après les deux associations patronales, on estime que 70 % des magasins ont ouvert, alors qu’ils demandent 100 % pour arrêter définitivement les bouteilles, et ils reconnaissent les difficultés à faire respecter l’utilisation obligatoire du masque au sein des discothèques, malgré le fait que l’administration Il a rappelé que c’est le travail des hommes d’affaires de le contrôler.

Avec l’ouverture des boîtes de nuit en Catalogne, soumises à un passeport covid, le picaresque a également fait son apparition. De faux certificats apparaissent dans les chaînes Telegram qui permettent l’entrée pour environ 150 euros. Le ministre de l’Intérieur, Joan Ignasi Elena, a déclaré qu’il s’agissait de quelque chose de « très résiduel » pour le moment et a rappelé qu’avec le passeport, les clients doivent présenter leur pièce d’identité, par conséquent, « quiconque triche, ne pourra pas entrer » . Les Mossos ont ouvert une enquête sur ces offres tandis que le ministre a noté qu’il y a un pourcentage élevé de personnes vaccinées.

Après les bouteilles des dernières semaines, les Mossos et les poicas locaux ont arrêté 90 personnes, dont un tiers sont des mineurs. Pour le moment, ce week-end, il n’y a eu aucune arrestation dans ces concentrations.

★★★★★