La mère de la dernière fille tuée par l’ETA dénonce que Vox ait refusé d’aller à son hommage

Il demande la démission de la direction de Vox à Alicante et accuse Abascal : « Où vous en êtes arrivé ». Le parti refuse de commenter.

Hommage à Silvia à Santa Pola, le 4 août.
Hommage à Silvia à Santa Pola, le 4 août.
  • 20e anniversaire La dernière fille victime d’ETA : « Tu n’as vu que ses yeux et elle a dit : maman »

Toni Santiagomère de la dernière fille tuée par l’ETA, a appelé à la démission des dirigeants de Vox en Alicante pour avoir donné, selon la plainte, l’ordre de ne pas assister à l’hommage pour le 20e anniversaire de l’attentat qui a mis fin à la vie de sa fille de six ans lors d’un attentat contre la caserne de la Garde civile à Santa Polá.

L’événement a eu lieu le 4 août dans la ville d’Alicante en mémoire de Silvia Martínez Santiago, fille de Toñi et garde civile. Il est également mort dans cette explosion. Cecilio Gallego Alaminosun retraité de 57 ans qui attendait à l’arrêt de bus, et plus de 30 personnes ont été blessées.

La commémoration du 20e anniversaire a réuni des dirigeants locaux du PP et du PSOE, tels que le maire, Lorette Serrano (populaire), mais sans frais de Vox. Pour cette raison, Toñi Santiago a publié une vidéo sur Facebook dans laquelle il accuse durement la formation et son leader national, Santiago Abascal, d’avoir « trompé » les citoyens en proclamant « sur les toits qu’ils sont les défenseurs des victimes du terrorisme ». Rien pourrait être plus éloigné de la vérité ».

Contacté par ce journal, Vox a refusé de commenter cette affaire et préfère garder le silence. Pas même pour préciser si quelqu’un est allé en son nom à l’hommage susmentionné.

La relation des dirigeants locaux de Vox avec la mère est marquée par la tension et la confrontation. Et c’est que, le conseiller du parti à Santa Pola, Mireia Moya, et Toñi Santiago ont porté plainte pour menaces. Suite à ses différends avec Vox, la mère de la jeune fille assassinée s’est longtemps détachée de la formation.

Maintenant, dans sa vidéo, la victime de l’ETA pointe spécifiquement vers Ana Campos Oui Mario Ortola, membres de la direction de Vox Alicante, comme les personnes qui ont donné l’ordre de ne pas assister à l’hommage, selon un fait divers qui fait « écho ». « Ils ont été dépeints », dit-elle, qui critique que « c’est ce qu’ils peuvent faire » quand quelqu’un ne communie pas avec eux. Pour cette raison, il affirme qu’ils démissionnent de leurs fonctions « parce qu’ils trompent les citoyens ».

Toñi Santiago soulève sa critique du leader national de Vox. « Ce que vous êtes venu à Santiago Abascal, quelle honte », lui reproche-t-il. Il mentionne alors son père et dit que « s’il naissait de nouveau, il mourrait de chagrin ». « C’était un grand homme et un grand combattant pour la défense des victimes du terrorisme, ce que vous n’avez pas hérité de lui », conclut-il.

★★★★★