La loi sur le multilinguisme, en route pour la première fois devant les tribunaux pour enseigner en valencien

Des enseignants et des familles des zones hispanophones soulèvent le premier recours contentieux-administratif contre une règle qui contournait un premier décret renversé par la Cour suprême

Le ministre de l'Éducation, Vicent Marzà, avec le président valencien, Ximo Puig.
Le ministre de l’Éducation, Vicent Marzà, avec le président valencien, Ximo Puig.
  • Éducation Compromís culmine la mise en œuvre de son modèle linguistique avec un passage à l’enseignement en valencien

Bien que cela puisse sembler un paradoxe, la situation actuelle Loi sur le multilinguisme qui est appliqué dans la Communauté valencienne depuis 2018 a son origine dans un décret que les tribunaux ont renversé. Ce premier décret pris par le ministère de l’Éducation (entre les mains de Compromís) après l’arrivée de la gauche à la Generalitat, a fait l’objet d’un recours par le Conseil provincial d’Alicante pour discrimination à l’encontre de l’espagnol. La Cour supérieure de justice de Valence était d’accord avec lui, ce qui a obligé le PSOE, Compromís et Unidas Podemos à traiter une loi dans les Cortes qui finaliserait le modèle linguistique du PP à l’école. Personne n’a interjeté appel contre cette loi, mais la règle peut désormais atteindre les tribunaux par une voie secondaire.

La Plateforme des enseignants pour la liberté linguistique et les associations de parents de la Vega Baja -une des régions du sud d’Alicante les plus belliqueuses avec la règle- ont annoncé un recours contentieux-administratif s’ils parviennent à collecter les près de 10 000 euros qu’ils estiment que le processus coûterait. L’appel serait présenté contre les résolutions des projets linguistiques des centres approuvés en vertu de la loi, qui établit un minimum obligatoire de 25% des heures pour l’espagnol et le valencien.

Avec le début de l’application de ce cours de la norme dans tout le secondaire et le baccalauréat, le problème est qu’en pratique la loi d’utilisation et d’enseignement du valencien dans le régions hispanophones, selon Miguel Ángel Robles, porte-parole de la Plateforme. Si dans ces régions l’exemption des étudiants valenciens est autorisée, il se peut qu’un étudiant ne soit pas obligé de suivre la matière valencienne elle-même, mais en suive une autre dans cette langue. « C’est de la discrimination », souligne Robles, qui prévient que ni les élèves ni les enseignants ne sont préparés.

Selon les données de la Plateforme, 70% des projets linguistiques des instituts ont eu le rejet des familles, « Malgré le fait que les équipes de direction ont été des collaborateurs de l’Administration », selon les mots de Robles. 933 recours ont été dénombrés contre ces projets, auxquels le ministère n’a pas répondu.

Il faut tenir compte du fait qu’avec le modèle éducatif précédent, la présence du valencien dans les centres des zones de langue castillane était résiduelle, voire inexistante. Et ce parce que, d’une part, coexistaient l’enseignement en espagnol et, d’autre part, l’immersion en valencien, selon le choix des familles (et l’offre des centres). Avec la loi gouvernementale de Ximo Puig, il y a eu un Je me tourne vers l’enseignement en valencien, avec 61% des étudiants étudiant majoritairement dans cette langue dans les instituts, selon les données du ministère.

★★★★★