La défense de Jos Luis Moreno exhorte le juge à décider s’il faut archiver l' »affaire Titella »

Il est moche qu’il n’ait pas parlé depuis 20 jours et insiste sur le fait que la résolution « n’admet pas de retard supplémentaire ».

Jos
Jos Luis Moreno, en août.PRESSE EUROPE

L’avocat représentant Jos Luis Moreno dans le Etui Titella -le complot qui, selon la police, est dirigé par le producteur de télévision et qui aurait escroqué 85 millions de dollars aux banques- a attiré l’attention du juge qui instruit l’affaire en raison de son retard à assister à un appel qui entend faire naufrage le enquête judiciaire.

Dans un mémoire, la défense se plaint de la lenteur avec laquelle le magistrat a traité sa demande d’ouverture de dossier pour vice de procédure et l’exhorte à lui donner un coup de pouce.

« L’admission d’un tel recours n’est pas prouvée (…) ceci malgré le temps qui s’est écoulé depuis sa présentation, plus de 20 jours, la gravité et la pertinence sans équivoque de l’objet du recours, et le fait qu’une multitude de écrits et réclamations faites à des dates beaucoup plus tardives », raisonne-t-il.

Il comprend – comme il insiste – qu' »il n’admet plus de retard ». La défense rappelle également au juge Ismaël Moreno que d’autres prévenus se sont également joints à sa demande. Par conséquent, considérez la nécessité pour l’instructeur de parler.

« L’impulsion doit être donnée sans plus attendre et que, dans les plus brefs délais, son admission soit assurée et le cours prévu soit donné », conclut-il.

La plainte d’Abanca

Dans un appel interjeté en septembre dernier, la défense du forain demandé que toutes les actions menées par les enquêteurs en date du 23 août 2018, date à laquelle le Opération titella– lorsqu’il comprend qu’ils proviennent d’une affaire qui, selon lui, aurait dû être annulée pour avoir continué à instruire après la date limite.

Le processus auquel se réfère la défense de l’ancien ventrloque est celui de la plainte déposée par les responsables de Abanca devant le tribunal d’instruction numéro 14 de Madrid, dans lequel ils ont prévenu qu’ils avaient été victimes de la supercherie d’une organisation criminelle qui avait réussi à leur voler 1.396.000 euros. Il s’agissait vraisemblablement du réseau dirigé par le producteur de télévision. Le dossier a été ouvert pour fraude et falsification de documents.

Cette plainte a conduit à l’intervention de la Garde civile et de la Police nationale, dont les agents ont mené de nouvelles procédures dans lesquelles ils ont vérifié qu’en plus d’Abanca, le complot s’était également approprié des fonds d’autres entités bancaires telles que Liberbank, ING, Bankinter et Bankia.

Après que les enquêteurs eurent reconnu l’étendue des enquêtes, ils ont baptisé l’affaire comme Titella et ils l’ont séparé de cette plainte initiale. Lors de la vérification que le réseau avait des ramifications à l’étranger, l’affaire s’est terminée devant la Cour centrale d’instruction numéro 2 de la Haute Cour nationale.

« La cause est exclue »

Alors que Titella commencé à marcher, l’instruction d’Abanca s’est figée. Les six premiers mois ont été stériles et, lorsqu’ils ont été consommés, selon l’avocat dans son appel, le juge n’a pas déclaré la complexité de l’affaire et, sans le faire, a convenu d’un nouveau délai d’instruction de 18 mois.

Puis, en avril 2019, le magistrat a demandé au Tribunal central qui enquête Titella. Le procureurIl a exprimé son opposition et le juge a rejeté l’interdiction mais, finalement, la Cour suprême a ordonné qu’elle soit cumulée.

L’avocat soutient dans son appel que la procédure du magistrat du Tribunal d’Instruction 14 n’était pas correcte, avec laquelle le Affaire Abanca J’ai dû être licencié. « Tous les actes convenus et exécutés après la fin du mandat sont nuls et non avenus », insiste l’avocat de Moreno dans son écriture. « Depuis le 23 août 2018, l’affaire est exclue, de sorte que tout ce qui a été donné par la suite est radicalement nul », a-t-il déclaré.

Peu de temps après, le Procureur a annoncé qu’il allait s’opposer à l’annulation, considérant que les motifs invoqués par l’artiste étaient une simple erreur de procédure qui pouvait être corrigée sans invalider toute l’enquête sur la prétendue macro-escroquerie.

★★★★★