La Cour confirme le droit à l’euthanasie du « tireur de Tarragone » qui a tiré sur ses patrons dans une entreprise de sécurité

Ainsi, elle rejette les derniers recours déposés par plusieurs victimes car elle considère que le « droit à la dignité et à l’intégrité physique et morale » de la personne mise en examen doit prévaloir sur une condamnation judiciaire.

L'accusé a demandé l'euthanasie depuis le
L’accusé a demandé l’euthanasie car à la suite de la fusillade, il est devenu tétraplégique.
  • événements « Neutralisé » le vigile retranché après avoir tiré sur trois anciens collègues et un gendarme
  • Inculpé Euthanasie pour le « tireur de Tarragone »

La Cour de Tarragone a confirmé le droit de recevoir l’euthanasie Eugène Sabau, connu sous le nom de « tireur de Tarragone » pour avoir rejeté les derniers recours déposés par plusieurs de ses victimes. « Le droit à la dignité et à l’intégrité physique et morale de la personne mise en examen doit prévaloir sur le droit à une protection juridictionnelle effective des plaignants », conclut l’ordonnance.

La Cour reconnaît que Sabau, qui avait demandé l’euthanasie, a causé « des souffrances et des dommages physiques et moraux aux victimes » et qualifie de « raisonnable » l’attente d’une « éventuelle condamnation pénale ». Subau, blessé lors d’une fusillade avec le Groupe spécial d’intervention Mossos d’Esquadra qui l’a arrêté, est admis à l’hôpital pénitentiaire de Terrassa dans un état grave, ce qui provoque « des souffrances physiques et mentales constantes et insupportables sans possibilité de soulagement ». espérance de vie limitée, dans un contexte de fragilité progressive », recueille la voiture.

Il rappelle également que la Commission d’évaluation et de garanties a autorisé l’euthanasie et la reporter pour un procès reviendrait à «une affectation intolérable à sa dignité et à son intégrité physique et morale, inhérente à la personne ».

Le 14 décembre dernier, Subau a abattu trois de ses anciens collègues dans les bureaux d’une société de sécurité, au cœur de Tarragone. Peu de temps après, il a également tiré sur un agent des Mossos d’Esquadra à un poste de contrôle et s’est barricadé dans une masse abandonnée de Riudoms (Tarragone), jusqu’à ce qu’il soit neutralisé après une fusillade au cours de laquelle il a été blessé.

La Commission qui a autorisé l’euthanasie a tenu compte du fait qu’il souffre depuis tétraplégie, pour lequel il nécessite des soins continus et ne peut pas recevoir de sédatifs contre la douleur malgré son état. L’euthanasie a été interrompue à deux reprises en raison des appels de deux des victimes, dont l’agent Mossos d’Esquadra qui a été abattu, représenté par les services juridiques du syndicat USPAC auquel il appartient.

★★★★★