La BOE publie les grâces : ce sont les neuf textes qui sortent aujourd’hui de prison les leaders indépendantistes

Une fois les grâces rendues effectives avec la signature du roi et leur publication au BOE, les dossiers des prisonniers du procs iront à la Cour suprême, c’est elle qui doit paralyser l’exécution des peines

Oriol Junqueras
Manifestation pour l’indépendance en faveur de la libération d’Oriol Junqueras en 2018.LLUIS GÈNEAFP
  • Rapports Le gouvernement reproche à la Cour suprême d’avoir « oublié » la « perspective politique » des grâces
  • Conséquences Le séparatisme exhorte le gouvernement à négocier l’amnistie pour 3 000 politiciens et CDR poursuivis

le Journal officiel de l’État (BOE) publie ce mercredi les neuf arrêtés royaux du ministère de la Justice approuvé par le gouvernement dont les peines de prison sont partiellement commuées aux neuf prisonniers indépendants de la procs condamné pour sédition Oui détournement de fonds.

Concrètement, l’ancien vice-président Oriol Junqueras bénéficie de cette mesure de grâce ; les anciens conseillers Josep Rull, Jordi Turull, Rul Romeva et Joaquim Forn ; l’ex-chef de la ANC et actuel secrétaire de JxCat, Jordi Snchez; le président de mnium culturel,Jordi Cuixart ; l’ancien président de la ParlementCarme Forcadell; et l’ancienne conseillère, Dolors Bassa.

Tous, qui sont en prison depuis plus de trois ans et demi, désactiverPar conséquent, ils ne pourront pas exercer de fonction publique et leur libération est conditionnée à la non-répétition ou à la commission d’autres crimes graves pendant une période de trois à six ans.

Désormais, une fois les grâces rendues effectives par la signature du roi et leur publication au BOE, les dossiers des détenus du procs ira à Cour suprême qui, en tant que tribunal de jugement, est celui qui doit paralyser l’exécution des peines.

Les dirigeants indépendantistes condamnés pourront alors sortir définitivement de prison. Les détenus quitteront les prisons dans lesquelles ils purgent une peine à partir de 12h00 ce mercredi et seront reçus par des membres du Gouvernement et des députés, au cours desquels ils prévoient également de faire des déclarations.

Bassa Douleur

L’ancien conseiller Bassa Douleur a été reconnu coupable de sédition Oui détournement de fonds à 12 ans de prison et 12 ans d’interdiction. Après la grâce, il se voit infliger trois ans de disqualification.

Jordi Cuixart

Le président de mnium Culturel, Jordi Cuixart, a été reconnu coupable de sédition à neuf ans de prison et neuf ans d’interdiction. Après grâce, il est condamné à cinq ans de disqualification.

Carme Forcadell

L’ancien président de la Parlement, Carme Forcadell, a été reconnu coupable de sédition à 11 ans et 6 mois de prison et 11 ans et 6 mois d’interdiction totale. Après la grâce, il est condamné à quatre ans d’interdiction.

Joaquim Forn

L’ancien conseiller Joaquim Forn a été reconnu coupable de sédition aux peines de 10 ans et 6 mois de prison et de 10 ans et 6 mois d’interdiction. Après la grâce, il se voit infliger six ans de disqualification.

Oriol Junqueras

L’ancien vice-président de la Generalitat Oriol Junqueras Il a été condamné pour sédition et détournement de fonds à 12 ans de prison et 12 ans de disqualification. Après la grâce, il est condamné à quatre ans d’interdiction.

Ral romeva

L’ancien conseiller Ral romeva a été reconnu coupable de sédition Oui détournement de fonds à 12 ans de prison et 12 ans d’interdiction. Après la grâce, il est condamné à quatre ans d’interdiction.

Josep Rull

L’ancien conseiller Josep Rull a été reconnu coupable de sédition à 10 ans et 6 mois de prison et 10 ans et 6 mois d’interdiction. Après la grâce, il se voit infliger six ans d’interdiction.

Jordi Snchez

L’ancien chef de la ANC et actuel secrétaire de JxCat Jordi Snchez a été reconnu coupable de sédition à neuf ans de prison et neuf ans d’interdiction. Après grâce, il est condamné à cinq ans de disqualification.

Jordi Turull

L’ancien ministre Jordi Turull a été reconnu coupable de sédition Oui détournement de fonds à 12 ans de prison et 12 ans d’interdiction. Après la grâce, il se voit infliger six ans de disqualification.