Irene Montero assure que réglementer l’objection de conscience à l’avortement contre les critères de santé

La ministre de l’Égalité juge « urgent » de modifier la législation et annonce que dans trois mois elle espère avoir le projet prêt

La ministre de l'Égalité, Irene Montero, c'est ma
La ministre de l’Égalité, Irene Montero, ce mercredi lors d’une conférence de presse.
  • Tribunaux La Commission européenne étudie si Irene Montero a violé une directive en qualifiant l’ex-mari de Juana Rivas d' »abuseur »
  • Politique Le PSOE rémunère Calvo y balos avec des présidences de commission au Congrès, avec un supplément de 1 500 euros par mois

La ministre de l’Égalité, Irene Montero, a assuré ce jeudi que réglementer l’objection de conscience des médecins à l’avortement, malgré le fait que la ministre de la Santé, Carolina Darias, l’ait exclue la veille.

Le ministre de la Santé a précisé ce mercredi que l’objectif du Gouvernement est de « concilier et respecter » tous les droits, tout en soulignant « l’engagement incontournable » de l’Exécutif avec la réforme de la loi sur l’avortement. Tout, a-t-il dit, s’orientant vers les « bonnes pratiques ». Pour cette raison, il a nié que l’objection de conscience des médecins allait être « réglementée », comme cela a également été fait avec la loi sur l’euthanasie.

« Bien sûr qu’il faut réglementer l’objection de conscience », a répondu ce jeudi Montero qui, bien qu’il ait considéré qu’il fallait « comprendre et respecter » qu’il y ait des professionnels de la santé qui refusent d’accomplir « certaines pratiques », a demandé que tenir « un enregistrement et un contrôle ». L’objection de conscience « ne peut pas être un obstacle », a-t-il déclaré.

C’est l’une des clés de la réforme de la loi sur la santé sexuelle et reproductive et l’interruption volontaire de grossesse sur laquelle travaille l’Exécutif et dont le projet, comme l’a annoncé la ministre de l’Égalité dans un entretien au Ser, devrait être prêt dans trois mois, avant la fin de l’année.

« Un stigmate »

Une modification « urgente », aux yeux de Montero, puisqu’en Espagne « il existe un « droit reconnu » qui ne peut être rendu effectif pour des milliers de femmes, avec l’énorme douleur que cela entraîne, quelque chose qui est, a-t-il dit », une violation des droits de l’homme reconnue par toutes les organisations internationales ».

« Nous devons protéger » avec la réforme de cette loi les femmes qui souhaitent avorter, a précisé Montero, car l’objection de conscience, bien qu’il y ait « très peu » de cas d’objecteurs réels, est devenue une « pratique pour empêcher l’avortement ». « à l’interruption volontaire de grossesse.

Ainsi, l’avortement est considéré comme un « stigmate », a défini Montero, dans les hôpitaux publics, ce qui pousse de plus en plus de professionnels de la santé à éviter cette pratique. « Il y a d’énormes difficultés d’accès à la formation sur l’interruption volontaire de grossesse à tous les stades liés à la pratique médicale », a déclaré la ministre de l’Égalité après avoir entendu le témoignage des professionnels de la santé à ce sujet. « Je ne sais pas si on peut parler de répression, mais, bien sûr, la stigmatisation existe », a-t-il influencé.

« L’État a deux obligations », a expliqué Montero, dans la lignée de ce qui a été déclaré il y a un jour par Darias : « L’une est de garantir le droit des professionnels de la santé à l’objection de conscience, et l’autre est que tous les droits reconnus à la santé puissent être respectés et garantie dans les centres publics ».

★★★★★