Ils demandent que Carmen Calvo comparaisse également devant le juge pour l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

L’une des accusations populaires demande que le directeur du cabinet de Fernando Grande-Marlaska déclare également

Carmen Calvo, lors d'une cérémonie au siège de l'UGT.
Carmen Calvo, lors d’une cérémonie au siège de l’UGT.EFE
  • gouvernement Sanchez soutient Laya et défend que Ghali a été emmené « conformément à la loi »
  • Tribunaux Le juge impute l’ex-ministre Arancha Gonzlez Laya pour l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

L’une des accusations populaires du Affaire Ghali a demandé au juge d’instruction de l’entrée en Espagne du chef de la Front Polisario de convoquer l’ancienne première vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo à témoigner. Il lui demande de le faire en tant que témoin afin que, selon la lettre à laquelle ce journal a eu accès, il puisse expliquer s’il a ordonné une action quelconque ou pourquoi il soupçonnait que le leader historique sahraoui allait entrer dans le pays trois jours avant son atterrissage à la base militaire de Saragosse.

Aussi, l’avocat Antonio Urdiales demande également que le directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur témoigne en tant que témoin Susana Cristomo déterminer le degré de connaissance du portfolio dirigé par Fernando Grande-Marlaska sur le séjour de Ghali en Espagne. L’avocat est intéressé par le fait que, s’il est d’accord, les deux déclarations sont faites par exhortation.

Était le numéro deux de l’ancienne ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzlez Laya – que le juge a appelée en tant qu’enquêteur – qui, dans sa déclaration judiciaire en tant qu’accusé, a mis le nom de Carmen Calvo au conseil d’administration du tribunal. Le diplomate Camilo Villarino a informé le magistrat Rafael Lasala que deux jours avant le débarquement de Brahim Ghali en Espagne, la directrice de cabinet de l’ancien vice-président l’a appelé pour s’enquérir d’une éventuelle arrivée et que, d’ailleurs, elle l’a fait à titre personnel. Il m’appelle au téléphone et me dit « Camilo, est-il vrai que la possibilité que Brahim Ghali vienne en Espagne est envisagée ? En ces termes, tel quel, et toute son intervention dans cette affaire se réduit à cet appel, qui lui demande de demander à son patron de savoir si c’est vrai. Je réponds que je ne sais pas, a-t-il révélé dans sa déclaration du 13 septembre. A ce moment, le magistrat est intervenu.

De quel ministère ce chef d’état-major vous appelait-il, Défense ? Non, non, non – a poursuivi Villarino – du premier vice-président du gouvernement. Le diplomate a tenu à préciser que ce poste élevé n’intervenait plus. Plus tard, je n’ai plus connu cette affaire, ce n’était pas non plus de l’art ni une partie (…) il m’a appelé, disons-le ainsi, à titre personnel.

Concernant la demande du titulaire du Jjuge numéro 7 de Saragosse Citant le directeur de cabinet du ministre Fernando Grande-Marlaska, l’avocat le justifie en sachant que l’Intérieur avait de l’arrivée du leader du Front Polisario en Espagne. La chose logique et normale est que le ministère de l’Intérieur était au courant de l’opération puisqu’il y avait des agents de police à l’hôpital de Réussite Ghali est venu à.

« Y avait-il un policier ? »

L’avocat rappelle dans sa lettre que le magistrat a demandé à Camilo Villarino si une équipe de police attendait Ghali à l’aéroport et l’a escorté à l’hôpital de Riojan où il est entré pour se faire soigner pour le grave coronavirus dont il souffrait. En l’absence de réponse, le juge a reformulé sa question. Y avait-il des policiers à l’arrivée à l’hôpital ?

Brahim Ghali a atterri le 18 avril à la base militaire de Saragosse pour être transféré en ambulance vers un hôpital de Logroo, où il a été soigné pour un coronavirus. Son entrée s’est faite avec l’opposition du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, qui a exprimé son refus de l’accueillir, convaincu que sa présence déclencherait une crise diplomatique avec Maroc comme celui qui s’est produit.

Le leader sahraoui a quitté l’Espagne au petit matin du 2 juin après avoir témoigné depuis l’hôpital par visioconférence devant le juge de la Haute Cour nationale Santiago Pédraz pour une plainte déposée en 2008 par le Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l’Homme (Asadeh) qui a été activé lorsque Ghali est arrivé en Espagne.

Après avoir fait une déclaration, Pedraz ne lui a pas imposé de mesures restrictives et Ghali a pu quitter le pays. Le 29 juin, le magistrat de la Haute Cour nationale a classé l’affaire.

★★★★★