C’est ainsi qu’est la nouvelle Éducation aux Citoyens : « écoféminisme », « mémoire démocratique », « éthique du care » et « LGTBQI + droits »

En Histoire nous étudierons les « perceptions ethnocentriques » et les mécanismes de domination des groupes soumis et réduits au silence »

Le ministre de l'Éducation
La ministre de l’Éducation, Pilar Alegra, au Sénat.Kiko HuescaEFE
  • Éducation L’éducation artistique aura presque le même poids que l’anglais au primaire
  • Éducation Le Gouvernement donne aux Mathématiques une approche « socio-émotionnelle » et avec une « perspective de genre »

Chaque gouvernement il essaie de laisser sa touche personnelle, son élément distinctif, sa marque politique dans le programme. Jos Ignacio Wert a présenté l’entreprise et a été accusé d’être un capitaliste. Maintenant, Pilar Alegra a transféré tous les signes idéologiques du gouvernement de PSOE-Unis nous pouvons au nouveau sujet de Éducation aux valeurs civiques et éthiques, une transcription de ce Éducation citoyenne que tant de guerre a donné dans les années de Jos Luis Rodrguez Zapatero.

De la « mémoire démocratique » aux « droits LGTBIQ +« en passant par « l’éthique des soins », « l’écoféminisme » ou la « prise de conscience de la violence et de l’exploitation des femmes », le programme d’études, auquel EL MUNDO a eu accès, semble taillé pour endosser à l’école les décisions qui sont prises en les Conseil des ministres.

La matière sera enseignée dans l’une des années de l’ESO (entre 12 et 16 ans) et aura les mêmes heures par cours que Éducation physique ou Religion: 35 heures au total, ce qui équivaut à une heure par semaine. Wert l’a éliminé parce qu’il y avait des parents qui ne voulaient pas que leurs enfants le prennent. Désormais la matière devient obligatoire pour tous les élèves, et ce pendant les heures de classe, ce qui provoquera le retour de la polémique épingle parentale de Vox. Avec la Lomé Il y avait un cours sur les Valeurs, mais il ne s’impliquait pas dans ces questions et, de plus, c’était un choix facultatif pour les familles : comme alternative, la religion pouvait être prise.

La matière, qui est également donnée dans un cours primaire, est divisée en quatre blocs à l’ESO. Le premier est celui de « la connaissance de soi et le développement de l’autonomie morale ». La seconde aborde « la compréhension du cadre social de la coexistence et l’engagement éthique envers les principes, les valeurs et les normes qui le régissent ». Le troisième renvoie à « l’adoption d’attitudes compatibles avec la durabilité de l’environnement à partir de la compréhension de notre relation d’inter et d’écodépendance avec lui ». Et, enfin, le quatrième, « consacré à l’éducation des émotions », traite « du développement de la sensibilité et de la prise de conscience et de la gestion des affects dans le cadre d’une réflexion sur les valeurs et les problèmes éthiques, civiques et écosociaux ».

« Générer un concept adapté »

Le programme d’études implique des questions très subjectives – lorsqu’il s’agit, par exemple, de « générer un concept adéquat de ce que devraient être les relations affectives et affectives-sexuelles » – et également irréalistes avec ce qu’est un adolescent de moins de 16 ans. Alors que le contenu spécifique que les étudiants doivent étudier est réduit, les étudiants doivent savoir comment « contribuer activement au bien-être social en adoptant leur propre position, explicite, informée et éthiquement fondée sur la valeur et la pertinence des droits de l’homme, le respect des la diversité culturelle, la prise en compte des biens publics mondiaux, la perception de la valeur sociale des impôts, ainsi que l’histoire démocratique de notre pays et l’Etat de droit et ses institutions, les organisations internationales, les associations civiles, les organes et forces de sécurité de l’État dans leurs fonctions visant à réaliser la paix, la sécurité et la solidarité entre les peuples et les individus. » Quel adulte serait capable d’avoir une position « éclairée et éthiquement informée » sur toutes ces questions ?

Dans le même temps, il est encouragé à « prendre conscience de la lutte pour une égalité effective entre les sexes, et du problème de la violence et de l’exploitation des femmes, à travers l’analyse des différentes vagues et courants du féminisme et des mesures de prévention des inégalités, de la violence et discrimination fondée sur le genre et l’orientation sexuelle, montrant également une connaissance des droits LGTBIQ + et reconnaissant la nécessité de les respecter « .

Les contenus politiques non seulement parsèment le sujet des Valeurs, mais il semble qu’ils définissent la tendance du reste des sujets. Au Langue et littérature espagnoles, on parle de « lire avec une perspective de genre » et cette focalisation est également dans le Mathématiques, dans la La biologie, dans la Éducation plastique et dans le Expression artistique (où sont étudiées les « productions artistiques exécutées par des femmes ») ou l’apparemment inoffensif Éducation physique, où la culture motrice parle du « sport en tant que phénomène social, analysant de manière critique ses manifestations du point de vue du genre et des intérêts économiques et politiques qui l’entourent, pour parvenir à une vision plus réaliste, contextualisée et juste des habiletés motrices dans le cadre des sociétés actuelles ».

« Légende noire » et minimum vital dans l’Histoire

Au Histoire, guidée par les Objectifs de Développement Durable, elle analyse également « le monde du care » et « les personnes rendues invisibles dans l’Histoire ». En plus d’étudier « l’action des mouvements féministes et des suffragettes dans la lutte pour l’égalité des sexes » et « les femmes pertinentes dans l’histoire contemporaine », l’agenda abordera « les discriminations fondées sur la diversité sexuelle et de genre ».

Dans ce sujet il y a une rubrique pour « les émotions et le contexte culturel » et « la perspective historique de la composante émotionnelle » et une autre pour « l’associationnisme » et pour « le rôle de la religion dans l’organisation sociale, la légitimation du pouvoir et la formation de l’identité » .

La « concentration et répartition des richesses », les « formes et modes de perception et de représentation des inégalités », « les pistes d’action pour une juste répartition » et « la question du minimum vital » seront également étudiées.

Les étudiants sont également encouragés à réfléchir sur les effets du capitalisme : « S’il est nécessaire de souligner les résultats positifs dans certains domaines de progrès, civilisation, technologie et culture, les conséquences du développement technologique et de la mondialisation doivent également être interrogées éthiquement. diversité culturelle, compétition pour les ressources, conflits internationaux, migrations, exode rural et, en général, dégradation de la vie sur Terre ».

Il y a aussi un espace pour parler de « perceptions ethnocentriques« et pour répondre aux légende noire: les étudiants devront « reconnaître les inégalités sociales existant ces dernières années et les mécanismes de domination et de contrôle qui ont été appliqués, identifier les groupes qui ont été soumis et réduits au silence, mettant en évidence la présence de personnages féminins ».

La première des compétences spécifiques du sujet est orientée vers la reconnaissance de la diversité linguistique et dialectale de l’environnement, de l’Espagne et du monde dans le but de favoriser des attitudes d’appréciation de ladite diversité, de lutter contre les préjugés et les stéréotypes linguistiques et de stimuler l’interlinguisme réflexion.

★★★★★