Bizkaia rejoint Gipuzkoa et entend également imposer une redevance sur les camions sur l’ensemble de son réseau routier

Placer une trentaine d’arches en 2022 aux contribuables qui préviennent qu’ils seront « vigilants » après les condamnations de la Cour suprême

Plusieurs voitures circulent le long de l'AP-8 aux entrées de la capitale de la Gascogne
Plusieurs voitures circulent sur l’AP-8 aux entrées de la capitale biscaïenne.

Les Les camions de plus de 3,5 tonnes devront également payer une redevance en Biscaye pour utiliser des routes comme l’AP-8 qui communique avec la Cantabrie que jusqu’à présent vous étiez libre de tout paiement. Le Conseil provincial de Biscaye a annoncé aujourd’hui son intention de placer une trentaine d’arcs dans son réseau routier dans le but de sortir 4 000 camions de ces voies circuler sur les routes à péage. Le projet est activé lorsque deux fois la Cour suprême a rejeté le règlement de Gipuzkoa qui imposent une redevance aux transporteurs qui utilisent le NI et l’AP-15, ce qui justifie les arguments de la Fédération nationale des associations de transport d’Espagne (Fenadismer).

Le député provincial basque Imanol Pradales a annoncé aujourd’hui qu’à compter du automne 2022 les camions commenceront à payer une redevance pour circuler sur les routes de Biscaye. Les routes sur lesquelles ces arcs de contrôle seront placés contre paiement seront l’A-8 dans la section de l’autoroute vers la Cantabrie, en la N-240 -celle qui traverse la vallée de l’Arratia et gravit le Barazar-, la N-636 (Kanpazar) et la N-637, le couloir du Txorierri. Et l’objectif de l’adoption de cette mesure est de faire en sorte que quelque 4 000 camions cessent de circuler quotidiennement sur eux pour opter pour des routes à forte capacité de paiement.

L’intention de Bizkaia d’introduire une redevance pour les transporteurs est rendue publique lorsque Gipuzkoa prépare un nouveau règlement pour maintenir son système de paiement dans le NI et l’AP-15, qui a déjà été renversé à deux reprises par la Cour suprême. Gipuzkoa mis lancé en 2018 un système de paiement contrôlé par arcos, mais les jugements du Tribunal supérieur du Pays basque (TSJPV) et de la Cour suprême l’ont remis en cause à plusieurs reprises. Malgré l’accumulation de plusieurs condamnations à son encontre, dont une éventuelle demande d’indemnisation pour les dommages causés, le Conseil provincial de Guipuzcoan continue de percevoir cette redevance.

Lundi dernier, le 7 juin, le Conseil de Fénadisme a annoncé qu’il avait présenté devant les tribunaux de Saint-Sébastien un plainte pénale contre le député provincial Aintzane Oierbide pour avoir maintenu la collection du chanoine « désobéissant » aux jugements de la Cour supérieure du Pays basque et de la Cour suprême. L’Association des Transporteurs a averti après avoir appris les intentions de Bizkaia que Soyez vigilant » devant une mesure sur laquelle ils remettent en cause son efficacité et qu’ils détachent du taux d’accidents ou de contamination, comme le prétend Bizkaia.

Selon les données fournies par le député Pradales, une réduction de 10 % des accidents est attendue. En 2019, il y a eu 855 accidents avec des camions impliqués, et la baisse devrait être très prononcée, notamment sur la N-240, celle de Barazar. En plus, Les émissions seront réduites d’un total de 7 140 tonnes de CO2 par an, ce qui se traduira par une réduction de plus de 12,8% des émissions causées par le transport de marchandises.

Un autre impact sera donné par le gain de temps, de coûts et moins de déplacements. Plus précisément, un Réduction de 12,8% des kilomètres parcourus grâce aux transferts vers les grands corridors : 12 982 000 kilomètres de moins, ce qui se traduit 1,9 million d’heures de conduite par an pour le secteur du transport de marchandises. A partir de Fernadismer ces réductions sont remises en cause et utilisées comme exemple entre Vitoria et Burgos qui sans péage a amélioré la circulation de tous les véhicules.

Le syndicat des transporteurs Hiru Il a également déposé une plainte auprès de la justice le 2 juin contre le Conseil provincial pour avoir maintenu ce canon par des moyens tels que le NI et l’AP-15 qui relie Gipuzkoa à Navarre.

★★★★★