Anticorruption demande au juge d’imposer une caution de près de 900 000 euros à Luis Medina

De son côté, Podemos demande à l’instructeur d’enquêter sur l’aristocrate pour un délit de levée de fonds.

Luis Medina, à Marbella en août 2021.
Luis Medina, à Marbella en août 2021.KMJMONDE

La Procureur anticorruption a demandé ce lundi au chef du tribunal d’instruction numéro 47 de Madrid, Adolfo Carterqui impose une caution de 891 227 euros à Luis Medina pour assurer ses responsabilités pécuniaires dans l’affaire où le branle des masques fait l’objet d’une enquête.

Dans la lettre envoyée au tribunal, à laquelle EL MUNDO a eu accès, le procureur Luis Rodríguez Sol demande l’imposition de cette nouvelle mesure de précaution après que le juge n’a pas pu procéder à la saisie des comptes bancaires de Médine car l’aristocrate n’avait que 247,26 euros après avoir prétendument fraudé le conseil municipal lors de l’achat de masques lors de la première vague de la pandémie.

Anticorruption explique qu’il n’a été possible de procéder qu’à la saisie des salon du yacht pour une valeur de 325.515 euros et le solde en compte courant de 247,26 euros, dont le dépôt « ne peut être inférieur au tiers de plus que le montant total probable des charges pécuniaires » tel qu’établi à l’article 589 de la Loi de Poursuites pénales. Par ailleurs, le procureur demande à l’instructeur qu’au cas où Médine ne fournirait pas une caution suffisante devant le tribunal, « la saisie de ses biens » soit poursuivie.

Pour sa part, de Pouvons Ils ont également demandé à l’instructeur que « étant donné qu’à ce moment de la procédure, il existe des indices rationnels prouvés de criminalité dans la conduite de l’enquêteur Luis Medina, l’obligation de fournir une caution suffisante dans le délai non prorogeable de trois jours, dont le montant doit atteindre au moins le montant des profits tirés du crime, décrétant dans la même résolution la saisie d’avoirs suffisants, ainsi que l’interdiction d’en disposer, pour couvrir lesdites responsabilités ».

De même, de la formation violette, ils exhortent le juge Carretero à ce que « dans le cas où ladite exigence n’est pas remplie ou si la caution correspondante n’est pas fournie dans le délai imparti, la personne faisant l’objet de l’enquête est invitée à fournir une liste patrimoniale complète de ses biens ».

Montée des marchandises

Podemos demande également au tribunal d’envoyer une lettre officielle attentive à l’Agence fiscale, dans les fonctions d’assistance judiciaire, afin qu’elle fournisse des informations sur les avoirs que la personne faisant l’objet de l’enquête peut avoir à l’étranger et qui sont imputés au contribuable. Marquis de Villalba pour un délit de recel de biens.

Pour sa part, du PSOE, ils ont demandé au tribunal de se souvenir de la saisie préventive des droits héréditaires que Medina a sur l’héritage de sa grand-mère, Victoria Eugenia Fernández de Córdoba et Fernández de Henestrosa et que, pour son effectivité, son inscription soit faite au registre des biens ou des banques où l’on sait que la défunte avait ses biens immobiliers ou ses comptes courants.

Les socialistes demandent cette mesure après avoir appris que la personne mise en examen est plongée dans une procédure judiciaire devant le tribunal de première instance numéro 12 de Séville pour l’héritage de son ancêtre.

Le magistrat a convoqué Médine et sa compagne pour témoigner Alberto Lucéo le 25 avril prochain. Ils font l’objet d’enquêtes pour des délits d’escroquerie aggravée, de faux papiers et de blanchiment d’argent.

★★★★★