Alberto Rodrguez accuse Batet devant la Cour suprême d’avoir « modifié » sa peine

L’ancien député de United We Can demande la suspension provisoire de l’exécution de la condamnation pour attentat contre des agents de l’autorité

Alberto Rodr
Alberto Rodrguez reçoit le soutien de ses partisans dès son arrivée à l’aéroport de Ténérife.EFE
  • Politique United On peut faire monter la pression contre le PSOE sur tous les fronts et accuser le juge Marchena d’être un « maître chanteur »
  • Retrait du procès-verbal Alberto Rodrguez a rompu avec Podemos pour pouvoir défendre Meritxell Batet devant la Cour constitutionnelle

L’ancien député de United Podemos Alberto Rodríguez a envoyé une lettre à la deuxième chambre de la Cour suprême où il demande la suspension provisoire de l’exécution de la peine qui le condamne pour un crime d’attaque contre des agents de l’autorité à un mois et un la moitié en prison ; peine que le tribunal a remplacée par une amende de 540 euros.

Dans la lettre adressée à la Chambre présidée par le magistrat Manuel Marchena, à laquelle EL MUNDO a eu accès, la défense de l’ancien parlementaire demande la suspension de la peine « afin de ne pas priver mon client du droit à une protection judiciaire effective. , du droit à un procès avec les garanties dues, qui inclut le droit à un recours effectif ». Dans la lettre, l’ancien secrétaire à l’organisation de Podemos accuse durement le président du Congrès des députés, Meritxell Batet, qu’il accuse d' »avoir assumé les pouvoirs propres et exclusifs de la Cour suprême ».

« Il faut garder à l’esprit que nous sommes confrontés à une action en exécution dans laquelle une autre autorité de l’État, autre que cette chambre, a procédé à l’annulation du dispositif de l’arrêt 750/2021 et, s’attribuant les pouvoirs exclusifs de cette chambre, a procédé remplacer la peine infligée par une autre de nature différente et plus dommageable », souligne sa défense.

De même, Rodrguez soutient que Batet « a accepté de modifier la sentence prononcée par la Cour suprême à la suite, et en supposant que la sienne, la demande faite au Congrès des députés par le parti Vox qui a demandé que » les accords nécessaires soient adoptés immédiatement pour retirer et annuler le plein statut de député du condamné Alberto Rodríguez « .

D’autre part, les avocats de Rodríguez soutiennent que, dans le cas où la Cour suprême ne répondrait pas à la requête, une suspension provisoire de l’exécution de la peine, « le président du Congrès des députés Meritxell Batet est exhorté et averti de procéder d’exécuter la peine dans les mêmes termes qu’elle est établie dans la peine sans pouvoir apporter aucune modification à la peine prononcée par cette Chambre et que, compte tenu de ce qui est allégué ici, les règles d’application et les droits en jeu sont accepter la suspension provisoire de l’exécution de ce jugement jusqu’à ce que les recours autorisés par notre système judiciaire aient été exercés et résolus ».

Ses avocats assurent qu' »il n’y a pas de raison urgente à l’exécution de la peine prononcée -pas celle créée par Mme Batet- et encore moins des raisons de rapidité d’exécution étant donné que nous sommes confrontés à une peine prononcée sept ans après les faits et dans lesquels, en outre, le concours de « l’atténuation hautement qualifiée des retards injustifiés » est reconnu.

★★★★★