Abascal signe une déclaration sur l’avenir de l’Europe avec Orban, Marine Le Pen, Lech Kaczyski, Georgia Meloni et Salvini

Le document s’engage dans une action commune pour stopper « la dérive fédéraliste de l’Union européenne »

Le l
Le leader de Vox, Santiago Abascal, lors d’une séance plénière au Congrès.Andrea ComasMONDE
  • Alliance Vox, Orban et Fratelli : Abascal renforce avec ses alliés européens la ‘ligue patriotique’ contre le « mondialisme »
  • Sommet L’UE presse Viktor Orban : « Si la Hongrie ne retire pas la loi anti-LGTBIQ, laissez-le partir »

Vox a rejoint le déclaration commune sur l’avenir de l’Europe. Un document minimum « pour la défense d’une Europe respectueuse de la souveraineté, de la liberté et des traditions des États membres », selon la formation.

Son président, Santiago Abascal, signe le document avec, entre autres, le Premier ministre hongrois et président du Fidesz, Viktor Orban ; le président du parti Droit et Justice, Lech Kaczyski ; la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen ; le président de Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni; et le président de la Ligue, Matteo Salvini.

Cette déclaration indique que le Union européenne « Elle a besoin de profondes réformes car aujourd’hui, au lieu de protéger l’Europe et son patrimoine, au lieu de permettre le libre développement des nations européennes, elle devient elle-même source de problèmes, d’angoisse et d’incertitude. »

Dans les mots d’Abascal, Conférence sur l’avenir de l’Europe C’est une démonstration de plus de la déconnexion entre les institutions européennes et les citoyens : « La conférence a déjà écrit les conclusions. Elle cherche la fédéralisation forcée de l’Union contre la vraie volonté des nations européennes et en dehors des parlements nationaux.

Cette initiative « menace directement le projet européen originel » et cherche à imposer « un modèle de société de plus en plus éloigné des principes et des valeurs qui façonnent les racines chrétiennes et l’histoire de l’Europe », souligne-t-il.

« Il ne peut y avoir de liberté sans sécurité »

Abascal et le reste des signataires appellent à l’érection d’une alternative : « Nous ne voulons pas d’une Europe fédérale dans laquelle toutes les décisions sont prises à Bruxelles. Nous devons montrer que des millions d’Européens respectent, valorisent et veulent préserver comme quelque chose de bien , et que nous sommes prêts à défendre, la souveraineté de nos nations et parlements, de nos gouvernements et de nos juges, la pluralité et la variété de nos nations, que les frontières doivent être un mur infranchissable pour ceux qui entrent illégalement ou n’ont pas la volonté de respectons la civilisation occidentale, pour qui il ne peut y avoir de liberté sans sécurité et sans justice, et que nous croyons fermement en la personne, en la vie, en la famille et en la liberté idéologique et de pensée ».

En outre, les signataires notent que toutes les tentatives de transformer les institutions européennes en organes qui prévalent sur les institutions constitutionnelles nationales « créent le chaos, sapent le sens des traités, remettent en cause le rôle fondamental des constitutions des États membres, et des différends. Les pouvoirs qui en résultent sont résolus , en fait, par l’imposition brutale de la volonté des entités politiquement plus fortes sur les plus faibles. Cela détruit la base du fonctionnement de la communauté européenne en tant que communauté de nations libres. « 

★★★★★