Un juge porte à la Constitutionnelle la réforme qui force la suspension des visites aux enfants

  • Justice La nouvelle loi sur la protection de l’enfance multiplie les cas de suspension du régime de visite
  • tribunaux Une réforme judiciaire bloque les visites aux enfants des parents mis en examen pour maltraitance

Un juge a fait part de ses doutes à la Cour constitutionnelle (TC) au sujet de la réforme introduite dans la loi sur la protection de l’enfance qui a déclenché la suspension du régime de visite des enfants. Selon des données récemment fournies par le Observatoire contre les violences de genre du CGPJ, la réforme a fait qu’au cours du dernier trimestre de l’année dernière les retraits du régime de visite ont quadruplé ceux de la même période de l’année précédente.

Les doutes portent sur la nouvelle rédaction que depuis le 1er juillet dernier la réforme législative donne à l’article 94 du Code civil. Selon le juge, « l’automatisme » du retrait des visites dans certaines circonstances se heurte à une demi-douzaine d’articles du Constitution. Elle coïncide ainsi avec les doutes soulevés par le monde judiciaire. Vox a également inclus cette réforme dans son recours en inconstitutionnalité contre divers aspects de la nouvelle loi sur les enfants.

Le propriétaire de Tribunal de première instance numéro 6 de Mstoles (Madrid), Natalia Velillaa présenté une question d’inconstitutionnalité, prévue pour les cas dans lesquels un juge « considère qu’une norme ayant force de loi applicable à l’affaire et dont dépend la validité de la décision peut être contraire à la Constitution ».

L’article contesté établit que « l’instauration d’un régime de visite ou de séjour ne se poursuivra pas, et s’il existe, il sera suspendu, à l’égard du parent qui est impliqué dans une procédure pénale engagée pour atteinte à la vie, à l’intégrité physique, à la liberté , la liberté morale ou sexuelle et l’indemnité de l’autre époux ou de ses enfants ».

Il se termine en indiquant que « toutefois, l’autorité judiciaire peut établir un système de visites, de communication ou de séjour dans une résolution basée sur l’intérêt supérieur du mineur ou sur la volonté, les souhaits et les préférences des personnes âgées handicapées ayant besoin d’aide et évaluation préalable de la situation de la relation parent-enfant.

Procureur contre

La procureur n’a pas appuyé la décision de porter l’affaire devant le TC. Elle soutient qu’en réalité, la loi n’impose pas inexorablement le retrait des visites, car le juge en l’espèce est toujours autorisé à maintenir le même régime motivant sa décision. Il ne la considère pas non plus comme nécessaire dans le cas spécifique étudié.

Bien que la grande majorité des hypothèses retirent les visites au père, le cas présenté au TC correspond à la demande d’un père de retirer les visites à la mère en raison d’une agression présumée sur le fils. La plainte du père a conduit à l’ouverture d’un dossier pénal. Le tribunal qui l’a traité n’a pas jugé nécessaire d’imposer des mesures conservatoires à l’encontre de la mère, mais selon la réforme législative, le tribunal civil auquel le père s’est également adressé serait obligé de bloquer les visites.

Le juge de première instance auquel il appartient de le faire est celui qui a estimé que l’article 94.4 pouvait violer six articles de la Constitution. « Ce juge considère que le précepte d’application viole le droit des mineurs au libre développement de leur personnalité comme fondement de l’ordre politique et de la paix sociale », affirme-t-il, se référant au droit énoncé à l’article 10.1 de la Constitution, quand qui ajoute références à la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant et les décisions de la Cour de Strasbourg.

Elle ne serait pas non plus conforme à l’article qui consacre le principe de l’intérêt supérieur du mineur qui doit guider toute procédure judiciaire. « Avec la rédaction de l’article d’application à l’affaire, la protection de la famille et le droit des enfants d’avoir des relations avec leurs parents sont exclus, institutionnalisant un automatisme dans la décision judiciaire objectivement contraire à l’intérêt supérieur du mineur, qui ne peut Par la loi, un contrôle judiciaire effectif est éludé, puisque peu de pouvoir discrétionnaire est laissé au juge, qui doit motiver le maintien du droit des membres de la famille à se lier les uns aux autres au lieu de forcer à motiver leur privation.

« De toute évidence, lorsque traiter avec un parent peut être préjudiciable au mineur, l’intérêt supérieur du mineur lui fait céder le droit reconnu dans les traités internationaux et dans la constitution elle-même d’avoir des relations avec son parent. Le précepte d’application ne serait pas – en l’avis de ce juge – inconstitutionnel s’il n’imposait pas au juge l’obligation de suspendre les communications », ajoute le mémoire adressé au TC.

gamme de loi

Il considère également que l’article qui établit la non-discrimination entre Espagnols est bafoué. « Le précepte d’application viole le droit à l’égalité des mineurs, qui voient leur droit de jouir de la compagnie de leurs parents amputé sans aucune justification et excluant ou limitant à l’extrême le contrôle judiciaire. Les mineurs ont le droit d’entrer en relation dans des conditions d’égalité avec chacun des leurs parents, sauf si leur intérêt supérieur commande la limitation de ce droit à l’un de leurs parents, ce qui doit être examiné par le juge en toute liberté de décision.

Elle porterait également atteinte « au droit à la présomption d’innocence, en instaurant automatiquement une sanction civile pour l’enquête sur un crime. […] Le juge civil, indépendamment de ce qui a été fait dans l’enquête pénale, est obligé d’adopter une conséquence juridique automatique de nature sanctionnante.

Cette dernière est liée à un autre problème : S’agissant d’une sanction, le juge considère qu’elle aurait dû être approuvée par les Tribunaux en tant que loi organique, ce qui requiert la majorité absolue. Il a cependant été approuvé à la majorité simple. « Cela n’a aucun sens qu’il soit modifié par la loi ordinaire au lieu de par la loi organique si ce n’était parce que le législateur n’avait pas une majorité suffisante pour modifier le précepte, ce qui ne justifie pas le contournement du mandat constitutionnel », estime le juge. .

sortie insuffisante

L’article en question laisse une porte ouverte au maintien du régime de visite, que, contrairement au Parquet, le juge ne juge pas suffisant. « Elle consacre comme exceptionnel le maintien d’un droit reconnu par la Constitution. C’est-à-dire qu’au lieu de réserver au juge le pouvoir de priver l’enquêté d’un droit constitutionnel, la réserve est tenue par le législateur. Au lieu de contraindre le juge pour motiver la privation du droit, l’oblige à raisonner la raison de son maintien.

« En d’autres termes », poursuit-il, « le juge peut, de plein droit, priver l’enquêté du droit d’avoir des communications et des séjours avec le fils […] sans avoir besoin de plus de motivation que la référence au précepte appliqué, qui le permet. Cependant, s’il s’agit de maintenir le droit qui, du simple fait d’être père/mère et fils/fille, est reconnu par la Constitution, le précepte oblige à motiver raisonnablement la cause d’une telle décision.

La juge souligne que d’autres préceptes de la réforme de la réforme juridique soulèvent des doutes d’inconstitutionnalité, bien qu’ils n’affectent pas l’affaire et qu’elle ne puisse les porter devant le TC. « Pour des raisons juridiques, l’inconstitutionnalité de tout autre paragraphe ou précepte ne peut être envisagée, tant l’objet de la question d’inconstitutionnalité est limité. »

Désormais, la tâche du TC sera désormais d’étudier s’il admet la question d’inconstitutionnalité pour traitement et si après étude du dossier il valide la réforme, supprime l’article mis en cause ou indique aux juges comment ils doivent l’interpréter pour qu’il s’adapte dans la Constitution.

★★★★★