L'Espagne recevra une centaine de vols demain, dont 18 à Madrid

Samedi,
vingt
juin
2020

15:04

Les vols en provenance de l'espace Schengen sont ouverts et, à partir du 1er juillet, d'autres vols en provenance de pays non européens seront progressivement intégrés.

Le ministre des Transports, de la Mobilité et de l'Agenda urbain, Jos

Le ministre des Transports, de la Mobilité et de l'Agenda urbain, Jos Luis balos, et le ministre de la Santé, Salvador Illa, aujourd'hui à l'aéroport Adolfo Surez Madrid-Barajas.
J.J. Guilln EFE

  • Direct.

    Dernière minute du coronavirus

L'Espagne recevra ce dimanche une centaine de vols après l'ouverture des frontières nationales avec le reste des pays européens, comme annoncé aujourd'hui par le ministre des Transports, de la Mobilité et de l'Agenda urbain, Jos Luis balos. Les voyageurs devront passer trois types de contrôles pour éviter les infections à coronavirus importées.

Vols de demain depuis l'espace ouvert Schengen et, à partir du 1er juillet, d'autres vols en provenance de pays non européens seront progressivement intégrés, selon le rapport à la presse à l'aéroport Adolfo Surez Madrid-Barajas accompagné du ministre de la santé, Salvador Illa.

Cet aéroport se prépare à recevoir 18 des vols demain dimanche, un nombre qui, selon le responsable du portefeuille Transport, est acceptable. Bien qu'ils soient peu nombreux, ils augmenteront "progressivement" et "en fonction de la demande".

Pour garantir la sécurité de ceux qui se rendront en Espagne à partir de demain, des mesures ont été convenues par l'Agence européenne pour la sécurité et sous la supervision du Centre européen de prévention des maladies, et elles sont appliquées de manière égale, ont-ils insisté, dans tout le pays. Union européenne.

"Nous essayons d'éviter les effondrements" et "nous sommes très conscients des vols qui vont arriver", a déclaré le ministre des Transports, qui a assuré que le personnel de Santé étrangère serait renforcé pour faciliter la réalisation des contrôles auprès des passagers. Actuellement là 600 travailleurs de ce service, dont seulement 150 sont des toilettes.

Leur travail sera essentiel, car ils sont en charge des trois contrôles ou filtres que, à partir de demain, tous les voyageurs qui atterriront en Espagne passeront: un contrôle de la température avec caméras thermiques, un formulaire contenant des informations permettant de localiser le passager et lui demandant s'il a été en contact avec le virus et un examen visuel.

Cas importés

Comme expliqué par le ministre de la Santé, Salvador Illa, dans le cas où le voyageur ne passe aucun de ces filtres, rendez-vous au Health of Foreign Health pour un examen et, si nécessaire, un test PCR pour confirmer si le voyageur est infecté.

Il s'agit de "s'assurer qu'ils ne présentent aucun symptôme", ce qui évite donc les cas importés. Les services de santé de chaque communauté autonome seront chargés de suivre les touristes susceptibles d'être infectés par les informations de localisation qu'ils fournissent.

Selon Illa, "depuis le début du mois de mai, nous détectons des cas importés", mais "la bonne nouvelle est qu'ils sont détectés". En outre, il a insisté sur le fait que "toutes les informations que nous collectons nous permettent de suivre les contacts étroits" de ceux qui entrent en Espagne avec le virus.

Aussi, je me suis souvenu qu'il y a actuellement neuf foyers actifs en Espagne qui affectent 92 personnes, alors qu'au cours du dernier mois, elles ont été identifiées 34 pousses. Parmi eux figurent des cas importés, tels que des migrants arrivant par bateau ou des personnes en contact avec le foyer de contagion détecté dans le sud de Lisbonne.

"Fondamental pour l'économie"

Comme l'a reconnu le ministre de Balos, l'ouverture des frontières, d'abord avec l'Europe et, plus tard, avec le reste du monde, sont des actions "fondamentales pour l'économie de l'Espagne". Et c'est que "la pression que nous avons est normale pour que le pays se rétablisse le plus rapidement possible et retrouve l'activité économique dont nous avons besoin".

Salvador Illa et Jos Luis balos ont tous deux visité les mesures de sécurité mises en place à l'aéroport. Bien qu'aujourd'hui Barajas reste pratiquement désert, des panneaux sont déjà installés et les sièges sur les bancs sont délimités pour maintenir la distance de sécurité.

Jusqu'à présent, les vols ont été limités aux cas d'expatriation ou de déplacement dans le besoin extrême, comme pour le travail ou les personnes qui devaient retourner dans leur résidence. Cependant, avec la levée de l'état d'alarme, qui expire aujourd'hui, des vols nationaux et européens sont ouverts.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★