Les partis andalous activent la machinerie des élections qui se déroulent toutes en juin

Convaincu que juin est le mois choisi et que la seule chose qui manque -et c’est la chose la moins importante- est de savoir le dimanche où Juanma Moreno appellera les Andalous aux urnes, le moteurs électoraux de tous les jeux sont déjà activés. Avant tout, ceux de l’opposition mais aussi ceux du partenaire avec lequel le Parti populaire – aux mains de la présidente duquel Juanma Moreno, est le bouton pour activer le compte à rebours – a gouverné ces trois ans et demi, Ciudadanos.

Dans le parti d’Inés Arrimadas, ils se sont résignés à une avance qui ne leur convient pas, selon les sondages, et même le leader régional et vice-président du Conseil, Juan Marín, a supposé qu’il était inévitable après des semaines à réclamer contre cela et à demander à Moreno de reconsidérer.

À Ciudadanos Andalucía, bien qu’il ait coûté, il semble digéré l’avance électorale et la mouvements ils arrivent.

Une minute avant le coup de sifflet électoral, Marin a achevé la saisie du contrôle absolu des Citoyens en Andalousie. S’il y a un an, la domination du groupe parlementaire était garantie, après le départ de Sergio Romero en tant que porte-parole et son remplacement par Teresa Pardo, il a maintenant renforcé sa domination du comité régional, qui est la plus haute instance dirigeante du parti entre les assemblées .

C’est le même organe dont six de ses membres sont partis l’année dernière, en grande partie à cause de désaccords avec la ligne officielle imposée par Marín et ses proches. La dernière démission a eu lieu en mars dernier, lorsque Sergio Romero lui-même a démissionné, qui, en plus d’être un porte-parole parlementaire, occupait le poste de secrétaire-archiviste au sein du comité régional.

Bien que la version officielle soit que c’est lui qui a mis son poste dans le corps interne de Ciudadanos à la disposition de Marín, certaines sources assurent qu’il l’a fait après avoir été invité à franchir le pas.

Précisément, il sera remplacé par la même personne que Marín a nommée pour le remplacer au Parlement, la députée Teresa Pardo, qui est la nouvelle secrétaire des registres des citoyens.

Avec elle, hier, ils ont rejoint le comité régional l’adjoint Hernández White, en tant que secrétaire aux Finances ; le député provincial de Séville Manuel Benjumea et l’almérien Vicente García Egea. Tous, selon les sources du parti orange consultées, de loyauté avérée envers le coordinateur régional de Cs.

Ils se sont tous assis ce lundi à la table de la direction à Malaga lors d’une réunion, celle du comité autonome des Citoyens, qui n’avait pas eu lieu depuis mois de décembre et qu’en plus de reconfigurer sa composition, son objectif était de préparer la formation à des élections qu’elle ne veut pas et auxquelles elle a résisté autant qu’elle a pu mais que même Marín lui-même commence à assumer.

En même temps que Marín s’assure le contrôle des organes internes du parti – il l’a déjà fait avec les structures provinciales -, le leader orange a fait un pas de plus dans le stratégie préélectorale qui est contraint par l’avancement des élections qui, sauf surprise, pourraient se tenir en juin prochain.

À l’acte déjà annoncé à Cordoue le 14 mai -et qui n’est pas un congrès, bien qu’il y ressemble-, s’ajoutent maintenant réunions sectorielles qui se tiendra dans toute la géographie andalouse et qui ont été adoptés pour préparer les lignes stratégiques de l’événement convoqué au milieu du mois prochain.

Il y aura 40 réunions que Ciudadanos organisera dans les huit provinces andalouses, en prologue à un acte, celui de Córdoba, qui devrait servir de choc interne dans un parti pratiquement en décomposition et avec nombre de ses positions et militants littéralement dans le désarroi face à la débâcle que prédisent tous les sondages.

Au PSOE, ils préparent déjà les listes

Dans le PSOE andalou, qui affronte également sondages négatifs -avec des résultats encore pires qu’avec Susana Díaz en tête d’affiche- il y a dix jours, Juan Espadas, son secrétaire général et candidat au Conseil d’administration, a annoncé le lancement du processus d’établissement des listes « convaincus » que les élections vont se dérouler le mois de juin.

A la fin de ce mois d’avril, le PSOE andalou convoquera le assemblées locales former les listes pour les régionales après que l’exécutif régional a donné le feu vert au calendrier des préparatifs, qui doit aboutir, de toute façon, à la fin du mois de mai.

Pendant ce temps, Podemos et Izquierda Unida, qui travaillent depuis des mois sur la configuration d’un large front de gauche, assurent également qu’ils sont -ou seront- préparés à toute éventualité dans le calendrier électoral, tenant l’avance pour acquise.

Même dans ce cas, le coordinateur régional de l’IU, Toni Valero, assure qu’ils ne seront pas pris au dépourvu et qu’ils travaillaient déjà avec l’hypothèse que les élections auraient lieu en juin.

Valero a déclaré hier que les partis de gauche vont « arriver bien préparé s’il y a une avancée électorale pour avoir une proposition de candidature unie et large ».

Valero a souligné qu’ils ont « l’accent sur avoir une large candidature pour l’unité », pour laquelle il est nécessaire « que les partis politiques s’entendent et incorporent de nombreuses personnes sans carte », et « cela nécessite d’avoir une cuisine plus chauffée lent donc qu’il caille bien.

A propos des négociations pour un candidature unitairea souligné qu’il voulait « garder toute la discrétion requise » concernant quelque chose dans lequel il a « de grands espoirs qu’il se concrétisera », car « moins il y a d’informations fournies maintenant sur un processus en cours, plus il est rapide et efficace sera résolu. »

Parallèlement à la négociation, Podemos a activé hier son processus primaire interne pour ce qui peut arriver.

Il a en tout cas réaffirmé son attachement à une candidature large, « plurielle » et « intégratrice » en Andalousie avant les prochaines élections régionales prévues cette année. Le co-porte-parole de Podemos, Pablo Fernández, a souligné que les collègues de ladite communauté autonome continuent de négocier pour faire place à une candidature « intégratrice », « plurielle » et « intégratrice », qui est leur « objectif ».

★★★★★