Les infractions augmentent de 30,6 % au cours des neuf premiers mois de 2021

Selon l’Intérieur, cette augmentation « doit être liée aux politiques actives qui ont provoqué une plus grande volonté des victimes de signaler ces crimes ».

Arrivée au tribunal d'un des accusés d'un viol
Arrivée au tribunal d’un des accusés d’un viol multiple à Sabadell.EFE
  • Événements Les Mossos pointent du doigt un viol collectif de la mineure d’Igualada
  • Données Tout sur les agressions sexuelles

Le taux de criminalité à fin septembre atteint son plus bas de ces dernières années, à l’exception de 2020, année marquée par la pandémie, et s’établit à 39,6 délits pour mille habitants, bien qu’il y ait eu une augmentation des infractions signalées de 30,6%. .

Cela se reflète dans le bilan de la criminalité rendu public ce jeudi par le ministre de l’Intérieur, qui souligne que « l’augmentation des crimes contre la liberté sexuelle et l’indemnisation doit être liée aux activités politiques qui ont provoqué une plus grande volonté des victimes de signaler ces crimes ».

De cette manière, les « niveaux de sous-déclaration » qui peuvent exister dans ces délits ont été réduits, explique l’Intérieur, qui met 12 638 ces infractions pénales, dont 1 601 étaient des agressions sexuelles avec pénétration, soit 30,6 % de plus qu’en 2020.

En général, les crimes ont enregistré une augmentation de 8,5% au cours des neuf premiers mois de l’année par rapport à la même période l’année dernière, bien que les homicides et les meurtres et vols avec force aient diminué, en particulier de 11, 2 et 5,5%, respectivement.

Le solde s’élève à 1 421 344 délits enregistrés entre janvier et septembre de cette année dans les communes de plus de 20 000 habitants, contre 1 310 315 délits au cours de la même période de 2020.

Une augmentation que l’Intérieur relie à la pandémie qui a marqué 2020, puisque par rapport à 2019, la criminalité aura diminué de 13,6%.

Le ministère souligne la baisse des homicides, qui sont passés de 232 la même année 2020 à 206.

Parallèlement, les délits de trafic de drogue ont augmenté de 10,2 %, une augmentation « étroitement liée », souligne le bilan, avec l’action des forces de sécurité dans le cadre de plans spécifiques comme celui de la sécurité pour la Campli de Gibraltar.

Bien que les chiffres d’enlèvements soient faibles (73 jusqu’en septembre), ces crimes ont augmenté de 30,4 % par rapport à la même période en 2020 (56).

La criminalité a augmenté dans toutes les communautés autonomes, sauf en les îles Canaries, où il a été réduit de 3%, en plus dans la ville autonome de Melilla, avec une baisse de 8,1 %.

Galice, avec 16,9 %, et le Communauté Valencienne, 16 % étant les régions autonomes où la criminalité a le plus augmenté en termes relatifs, devant La Rioja, avec une augmentation de 14 %, et Aragn, Cantabrie et Castilla y Len avec des augmentations d’environ 13 %.

★★★★★