La loi sur l’audiovisuel n’inclut pas le quota catalan pour Netflix requis par ERC

Les républicains ont défendu qu’il y aurait un quota qui obligerait à produire 6% de son contenu en catalan

La loi sur l’audiovisuel n’inclut pas le quota catalan pour Netflix requis par ERC
  • Alliés du gouvernement ERC rouvrira les budgets au Sénat si le gouvernement ne garantit pas ses exigences dans la loi sur l’audiovisuel
  • Entreprises Le secteur de l’audiovisuel affirme que Netflix ne peut pas être contraint à 6% en catalan : « Soit ils ont trompé l’ERC, soit ils ont été trompés »

Le Conseil des ministres a approuvé ce mardi le Projet de droit de l’audiovisuel, l’un des règlements qui a fait l’objet de négociations avec ERC pour que les nationalistes soutiennent les Budgets Généraux. Les républicains ont défendu qu’il y aurait un quota qui forcerait des plateformes comme Netflix, HBO, Disney o Amazon va produire 6% de son contenu en catalan. Cependant, la réglementation promue par le gouvernement ne prévoit pas cette obligation. Des plates-formes telles que Movistar ou Filmer.

Des sources gouvernementales expliquent que la loi ne peut obliger que les plateformes domiciliées en Espagne à respecter ce quota de langues co-officielles. Elle n’est applicable qu’aux plateformes nationales, mais pas aux grands géants étrangers. De l’Exécutif ils soutiennent que ça a été comme ça et ils l’ont su en ERC, une formation avec laquelle, ils maintiennent depuis le Ministère des Affaires économiques, la rédaction de cette partie de la loi sur l’audiovisuel a été approuvée.

Les sources consultées soulignent que les plateformes étrangères telles que Netflix, HBO, Disney ou Amazon ne peuvent pas être contraintes car la Loi sur l’audiovisuel est née d’une nécessité de transposer une directive européenne et que le principe du pays d’origine y est clairement inscrit, donc La la loi n’affectera, à cet égard, le caractère obligatoire de 6% de la production en catalan, basque ou galicien, qu’aux plateformes basées en Espagne.

« ERC a fixé un quota pour la production audiovisuelle en catalan », proclamait Gabriel Rufin, porte-parole d’ERC, le jour où le pacte que sa formation avait conclu avec le Gouvernement pour soutenir les Budgets a été rendu public. Cependant, la vice-présidente Nadia Calvio a toujours refusé de parler de quotas et au PSOE, il a été dit que sa préférence allait aux incitations fiscales.

Des réticences au PSOE

Le mot quota n’a pas été utilisé par les socialistes. « Nous comprenons que le mécanisme pour faciliter cet espace d’opportunités passe par des incitations et c’est ce que nous mettons sur la table », a déclaré le porte-parole du PSOE au Congrès, Hector gmez, après qu’ERC a détaillé le pacte avec le gouvernement et qui, comme il l’a dit, comprenait le quota.

Une fois que le gouvernement a réussi à approuver les budgets au Congrès, avec une somme de 11 partis votant pour, parmi lesquels ERC, il a porté la loi sur l’audiovisuel au Conseil des ministres qui ne répond pas aux attentes ou aux exigences de son partenaire de gouvernance. .

Ce même mardi, et alors que le Conseil des ministres débattait et donnait son feu vert à la loi sur l’audiovisuel, ERC a exigé que la réglementation garantisse que le quota de langues co-officielles touche Netflix, HBO ou encore Amazon. Rufin, qui a reconnu connaître le texte que le gouvernement envoie désormais au Congrès pour son processus parlementaire, a anticipé que son parti présenterait des amendements pour améliorer la réglementation et que ce quota s’applique aux plateformes étrangères.

L’objectif d’ERC est donc maintenant d’essayer de rapprocher la loi sur l’audiovisuel de ses intérêts au Congrès. Cependant, du ministère des Affaires économiques, ils précisent que s’ils sont ouverts au débat et aux améliorations, ils voient peu de place pour des changements car ils considèrent que le texte normatif est « solide et équilibré ».

« Après de nombreuses négociations, deux auditions publiques, des échanges de positions, des transferts de demandes d’autres groupes, des suggestions, nous avons atteint un bon équilibre entre la promotion de la production nationale, la diffusion dans les langues co-officielles et l’attraction des talents », s’est défendu le vice-président. Nadia Calvio, après la célébration du Conseil des ministres. « Au cours du processus parlementaire, des améliorations ou des ajustements peuvent être apportés, mais à partir d’un texte solide. »

★★★★★