« Héros au tablier » : la foire gastronomique qui s’est réinventée avec la pandémie et qui nourrit aujourd’hui les réfugiés ukrainiens

L’ONG Alicante Gastronmica Solidaria est responsable de la préparation des menus à Ciudad de la Luz, l’un des points d’accueil autorisés par le gouvernement

Chefs d'Alicante Gastron
Les chefs d’Alicante Gastronmica Solidaria accueillent Ximo Puig et Pedro Sánchez lors de leur visite à la Ville Lumière d’Alicante.EFE
  • José Andrés D’un bistrot chic à un chef de guerre
  • Guerre Le chef José Andrs va aider les réfugiés d’Ukraine et critique l’invasion russe : « Poutine est un voyou »

Nous savions déjà que tous les héros ne portent pas de capes. Mais c’est que certains portent des tabliers et sont devant le poêle. Les soi-disant « héros en tablier » sont tous ces bénévoles qui s’invitent aujourd’hui dans les cuisines du Alicante ville lumière préparer jusqu’à 400 mens quotidiens avec lesquels les réfugiés ukrainiens installés dans ce point d’accueil habilité par le Gouvernement mangent. L’histoire de la façon dont certains cuisiniers ont commencé à préparer des plats de manière désintéressée commence beaucoup plus tôt. Plus précisément, avec le déclenchement de la pandémie en mars 2020.

A cette époque, le calendrier était marqué en rouge le 27, date à laquelle la troisième édition du festival devait avoir lieu. Foire gastronomique d’Alicante. Conçu pour mettre en valeur les chefs et la gastronomie de la province d’Alicante, l’événement était l’un des nombreux qui ont dû être annulés directement lorsque le confinement de la population a été décrété pour contenir la contagion. Mais, dans ce cas, avec un problème supplémentaire : que faire de toute la nourriture stockée dans les hôtels et restaurants ?

« La police n’avait alors même pas d’endroit pour prendre un café avec tout fermé », se souvient l’alors organisateur de la Foire et aujourd’hui président de la ONG Solidarité Gastronomique Alicante, Carlos Bao, qui rassemble tous ces « héros en tablier ». C’est alors que le chef italien installé à Calpe, Ferdinand Bernardi, a contacté Carlos pour voir comment toute la matière première stockée pourrait être libérée avant qu’elle ne se gâte. Et, du coup, ce qui a commencé à bouger sur les réseaux sociaux s’est avéré être une initiative de nombreux chefs, hôtels et restaurants prêts à faire don de leurs produits pour aider les gens.

« Nous avions toutes les matières premières et nous avions juste besoin d’un endroit pour cuisiner », se souvient Bao. Ils l’ont trouvé dans les cuisines du Centre touristique d’Alicante, où ils ont commencé à préparer avec abnégation les menus que diverses ONG allaient ensuite distribuer dans la ville aux personnes vulnérables en plein confinement. Cela a augmenté, puisque la subvention de la Diputación de Alicante a permis d’étendre l’activité à Torrevieja, Benidorm et Elche.

« On est passé de 300 menus du jour à 3 500, avec quatre cuisines simultanées »Bao explique. Plus de 3 800 bénévoles, un demi-millier d’entreprises qui ont collaboré… Au point que le confinement a pris fin, mais Alicante Gastronmica Solidaria a continué. « Les associations n’arrêtaient pas de nous demander de l’aide », insiste Bao. Dès septembre 2020, il a fallu nourrir les sans-abris, les personnes qui avaient perdu leur emploi à cause de la crise… Bien sûr, il a fallu trouver un autre emplacement pour les cuisines car les centres de tourisme ont repris leur activité de formation.

La Présidence de la Generalitat a offert des installations à la Ciudad de la Luz, qui est devenue aujourd’hui un point d’accueil pour les Ukrainiens fuyant la guerre dans leur pays. Alors l’ONG Bao continue de préparer les menus qu’elle distribue autour d’Alicante, mais elle s’est également chargée de nourrir les réfugiés tout en donnant aussi des formations à des jeunes chômeurs, qui apprennent à être aides de cuisine ou aides de chambre tout en collaborant à cette association caritative. cause.

Selon les mots de Bao, « nous sommes une association à but non lucratif qui ne veut qu’être utile à la société ». Pour cet homme d’affaires, gérant de Tescoma, « c’est le travail le plus satisfaisant que j’ai jamais fait dans ma vie. » « Le regard de gratitude des enfants ukrainiens ou d’un sans-abri à qui vous donnez des plats chauds vous rapporte tout. » Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, et celui de la Generalitat, Ximo Puig, ont remercié cette semaine en personne -lors de leur visite à Alicante- le travail de cette ONG qui a déjà distribué plus de 380 000 hommes solidaires.

★★★★★