Feijo : « Un président qui ne baisse pas les impôts avec 10% d’inflation n’a pas de cœur »

Le chef du PP propose de baisser l’impôt sur le revenu des personnes physiques à 80% des contribuables et accuse Sánchez de générer de la « pauvreté »

Albert N .
Alberto Nez Feijo, avec le ministre galicien de la Santé, Julio Garca Comesaa.Salvador SASEFE
  • Gouvernement Sánchez considère Podemos amorti: « Soit le PSOE gouverne avec l’espace de Yolanda Daz, soit l’extrême droite »
  • Le panel Feijo chasse Sánchez et la plupart le voient déjà comme le prochain président

Le président du PP, Alberto Nez Feijo, veut déplacer le « cadre » de la conversation politique vers son terrain. Sa priorité est de baisser les taxes sur la consommation d’énergie et de dégonfler le taux de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, pour « apaiser la tension que subissent de nombreuses familles » en raison de la forte hausse de IPCqui a grimpé à 9,8 % en glissement annuel en mars.

Feijo est justifié de ne pas avoir assisté à l’investiture de Maueco

« Nous devons baisser les impôts pour qu’il y ait des familles qui arrivent à joindre les deux bouts pas bien, mais moins mal qu’elles ne le font », a insisté Feijo dans des déclarations aux médias après un acte institutionnel en Galiceavant de juger qu’« avec 10 % d’inflation, un Premier ministre qui ne baisse pas les impôts, c’est qu’il n’a pas de cœur ».

« Je suis surpris qu’un président se moque de la proposition qu’attendent la majorité des Espagnols », a encore reproché le président du PP au leader socialiste. Selon lui, la politique consistant à générer plus de dettes et plus de dépenses et à ne pas baisser les impôts « génère de la pauvreté ».

Feijo rencontrera mardi les agents sociaux (CCOO, UGT, CEOE Oui Cepyme), avec qui discuter des « issues » économiques à la « pression inflationniste » qui Espagne. Il leur présentera sa proposition de baisser l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour « quatre Espagnols sur cinq » et de « réduire T.V.A. d’électricité et de gaz.

En revanche, le nouveau leader du PP a une nouvelle fois insisté pour parvenir à un accord avec le PSOE afin que la liste la plus votée gouverne toujours. Et il a même mis sur la table l’idée que, comme dans Grèce, il y a un nombre supplémentaire de places pour le gagnant. « Ce serait bien de résumer que la liste la plus votée avait un plus pour pouvoir former un gouvernement » et « que les partis qui croient en la démocratie adhèrent à des formules qui cautionnent et protègent l’Etat ».

Pour Feijo, « le président Sánchez a souscrit à une formule qui affaiblit et fragmente l’État », mais « les citoyens en ont un peu marre des minorités au pouvoir en Espagne » et ils le montreront dans les urnes, selon lui. Les derniers sondages indiquent que le PP a rattrapé le PSOE dans l’attente d’un vote, c’est pourquoi Feijo estime que son plan visant à tourner l’orientation politique vers l’institutionnalisme a été approuvé.

Enfin, Feijo a soutenu José Luis Martínez-Almeida, après le déclenchement de l’affaire concernant l’achat de masques de la mairie de Madrid. « Je n’ai aucun doute sur l’honnêteté de mes collègues, si je l’avais, je le dirais. Comme je ne l’ai pas, je le dis avec une égale franchise, je n’en doute pas », a-t-il déclaré.

« Que le gouvernement donne des instructions ou des exemples à d’autres institutions est au moins du sarcasme », a ajouté Feijo, qui a souligné que personne du PP n’est inculpé dans cette affaire. « Le gouvernement espagnol compte quatre hauts fonctionnaires. Et aujourd’hui, le Premier ministre essaie de donner des leçons d’honneur… Eh bien, regardez, l’honorabilité est démontrée chaque jour », a conclu Feijo.

★★★★★